Archives de Tag: vente sous pression

3000 $ pour 50 kg de viande?

Ça pourrait être le début d’une histoire de SF dystopique, dans lequel la viande se fait rare, mais non…

Vendredi soir: un gentil garçon portant un coton ouaté avec un logo de compagnie frappe à la porte. Il demande si on consomme de la viande (Il est mal tombé pour moi, végétarienne, mais les deux autres ne le sont pas).

Il propose un échantillon gratuit qu’il n’a pas, et propose un rendez-vous le lendemain pour le recevoir le dit échantillon. C’est un service de livraison de produits de ferme organique à domicile. Le démarcheur prend notre no de téléphone et une heure propice pour livrer l’échantillon.

Samedi matin: le service rappelle en matinée. J’entend les bruit de fond d’un centre d’appel bien occupé, comme ceux des frimeurs qui vendent des nettoyages de conduites. Ils s’identifient avec le nom de l’entreprise de fermes et je ne raccroche pas.

La jeune femme du centre d’appel souhaite obtenir l’adresse exacte pour livrer. Je leur donne. Ils me demandent de confirmer l’heure. Les mangeurs de viande ne seront pas là mais j’y serai (j’ai confirmé que j’étais végétarienne.)

MOI: Ah ben pas de problème, dis-je, si vous avez des brochures à passer je peux les prendre.

– Non, il FAUT que les deux mangeurs de viande soient présents pour recevoir l’échantillon et de l’information.
Finalement je dis qu’on y sera vers 10h30.

Là, commencent des questions indiscrètes:
– Est-ce que vous êtes les propriétaires de la maison?

MOI: Pourquoi voulez-vous savoir ça? Je leur demande s’ils comptent vendre mes infos à un tiers parti.

Un agent d’immeuble, par exemple, vu qu’ils prennent des infos sur mon statut de proprio – ou non. (Plus tard, réponse trouvée sur internet, parce qu’il font subtilement une vérification de crédit. Ce qui laisse penser que le prix va être juteux.)
La jeune télémarketeuse répond que non, non, on fait pas ça nous-autres! Leurs représentants sont occupés, ça peut aller à plus tard.

Finalement, je leur dis oui, et qu’entre-temps je vais voir sur leur site pour leurs prix de souscription.

Sur le site, tout est beau, beau, beau (insérez petite musique poétique ici): animaux élevés en plein air, pâturage dehors, pas d’antibiotiques, poules heureuses, etc… Toujours pas de prix affichés pour les souscriptions.
Comme nous soutenions nos marchés fermiers chaque dimanche, et que nous recevions des légumes de la ferme quand on restait au Québec, je me dis que ça peut être intéressant.

N’empêche que je calcule dans ma tête: une ferme « bio » qui se paie des démarcheurs porte-à porte, puis un centre d’appel qui fixe une RDV en s’assurant que toute la famille soit là pour le représentant qui nous donnerait de l’information… tout cela m’annonce un très gros « overhead » et des produits hyper-chers pour compenser tous ces frais de promo. (Plus tard, j’ai vu que la dynamique de faire la démonstration de vente à un couple favorise le vendeur, parce que tu ne veux pas montrer tes désaccords. )

Sur les sites de protection des consommateurs que j’ai visités, le chat (avec le prix réel!) est finalement sorti du sac. L’entreprise (qui a plein de sous traitants pour la livraison, le traitement des factures, etc., donc le consommateur ne sait plus à qui s’adresser pour un problème) fait signer un contrat à froid à des gens qui, un samedi matin, ne sont pas psychologiquement outillés pour dealer avec un sales-pitch. (Pardonnez l’anglais ici)

Et quand les clients reçoivent la première livraison, ils découvrent -O surprise!-un tas de petits frais qui se sont ajoutés… frais de coupe de viande, frais de congélation, de livraison, de « service », et de location de petit congélateur en sus! Et la compagnie attend 10 jours pour livrer, il est trop tard pour résilier le contrat… Les coûts finaux tout inclus avec les taxes: entre 3000 et 5000$ pour 50 à 90 kg de viandes qui théoriquement combleraient les besoins pour 12 mois. Avec un congélateur loué!

3000$ pour 50 kg de viande? Une chance que je suis végétarienne…

Dans un monde où les fermiers sont souvent acculés à la faillite, je soutiens les initiatives de ferme organique, locales, etc. Sauf que cette entreprise entoure son service de frais dans lesquels se glissent les profits.

Alors, non, j’ai annulé cette visite de pitch de vente. Ci-bas, un exemple de pitch de vente.

Un exemple des impôts que les citoyens paient… au privé, sous forme de prix gonflés!
Rassurez-vous, c’est un cas fictif!

Si cette tactique de vente sous pression est employée, elle rencontre hélas du succès. Nous avons vécu voici 20 ans une telle vente au-delà de nos moyens dans un autre domaine et ça me gratte encore. Un minorité de personnes apprécient le système d’une seule livraison de produits congelés pour l’année leur convient.

Comme le disait une personne anonyme dépitée sur le site de consommateurs, ce n’est pas tant les prix gonflés, que les techniques de vente agressives qui les déçoivent.

« This is sad, because a business that operates this way in the end alienates repeat customers (the biggest revenue generator) and even produces bad word of mouth–a business killer.

Et il termine par cette réflexion sur une éthique de vente qui doit se soucier de bâtir une relation à long terme.

An ethical business approach that operates up front and is concerned with its customer’s welfare as much as turning a profit and is not quick sale, will over the long run create an admiral brand, better business sustainability, a devoted and growing customer base, and in the end will I believe generate much bigger profits than a short sighted company. »

Donc, il faut changer les façons de faire pour viser une croissance soutenable. C’est aussi valable pour d’autres domaines!

C’était ma petite réflexion sur les ventes agressives, qui fait partie d’une série sur les joies du capitalisme, même pour une « bonne » cause.

Au fait, quand on livre d’un coup pour un an de produits périssables, il y a un danger. Imaginez si une panne d’électricité survenait… Oupse! Perte totale.

Non, je suis contente de continuer à soutenir mes fermiers locaux, avec un service de repas à la semaine qui garantit la provenance et avec des contenants recyclables. Et avec les marchés fermiers, surtout en campagne…

J’aimais courir aussi en bordure des champs, l’été. Un village où le marché fermier offrait beaucoup aux visiteurs!