Archives de Tag: Dean Wesley Smith

Plongez dans un été de SF avec dix beaux livres!

Plaisir de plonger dans des univers d’auteurs!

Plongez dans la SF cet été!

Pour la première fois, un de mes livres fera partie d’un offre collective de StoryBundle qui réunit dix livres! La version anglaise des Nuages de Phoenix, Clouds of Phoenix, fait partie de ce paquet-cadeau. Et… un autre Laframboise dans ce Fiction River Presents #9, lancé pour cette occasion!

Cette promotion collective réunit des auteurs de talent: outre Dean Wesley Smith, et Kristine Kathryn Rusch, Blaze Ward, Robert Jeschonek, Kristine Smith (pas la même que KKR!) Lindsay Buroker, Leigh Saunders et les collaborateurs des deux anthologies!
Clouds of Phoenix cover
A space travelers anthology

Le StoryBundle est une promotion collective, et un moyen d’entraide entre écrivains de science fiction. Je connais et lis régulièrement ces auteurs. (Je les ai presque tous rencontrés en personne.) Vous allez « tripper » sur Jeshonek, et je vais découvrir l’anthologie Grand Theft Starship. Quatre de ces titres sont exclusifs à ce paquet-cadeau!

(1) VOUS choisissez quel prix payer: à partir de 5$ (US) pour 4 livres, ou 15$ US pour les 10 livres électronique, disponibles dans le format que vous voulez! 

(2) VOUS décidez quel pourcentage ira aux auteurs!

(3) Enfin, VOUS pouvez donner 10% à Able Gamers, un organisme de charité qui procure de l’équipement spécialisé à des gens vivant avec des handicaps divers pour pouvoir jouer en ligne. (Par exemple, un joueur daltonien aura beaucoup de difficulté à voir ce qui se passe à l’écran.)

Comme toute bonne chose a une fin, cette fantastique promotion ne durera QUE trois semaines.

Même si vous ne lisez pas en anglais, partagez ce paquet-cadeau avec vos ami-es! Ce faisant, vous les aidez à découvrir de nouveaux auteurs! 

Michèle en train de lire à l'ombre d'u arbre
Je vous souhaite un bel été de lecture!
Publicités
Image

Fiction River 21

Couverture du Fiction River no 21 Avec mon nom sur la couverture!

Couverture du magazine Fiction River no 21, numéro dirigé par Kerrie L. Hugues, comportant ma nouvelle de SF pince-sans-rire Closing the Big Bang.  Collection dirigée par Dean Wesley Smith et Kristin Kathryn Rusch, qui a écrit un mot très gentil pour présenter mon histoire.

Courez vous le procurer en papier ou ebook sur Amazon.comAmazon Canada ou Kobo.

Grandeurs et misères de la table de dédicaces -5

En attendant le Salon de l’Outaouais… Il arrive que je croise des confrères et consoeurs de classe et, parfois, la distance sociale est frappante.

La consoeur qui a du succès!

Cette histoire n’est pas arrivée telle quelle! Heurseusement, aucun de mes ami-e-s n’est affligé d’une mentalité aussi tristement matérialiste. *

Dans une récente conférence donnée lors d’un souper de l’AFAF, j’ai mentionné que construire son entreprise demande une bonne dose de créativité!

Pour certains médias, la valeur d’un artiste ou d’un écrivain est tout d’abord lié à son succès financier. Même des écrivains qui vivent très bien de leur art portent un jugement négatif sur les gens dont la productivité n’égale pas la leur. « Si tu ne réussis pas, c’est parce que tu ne t’es pas assez forcé-e! »

Pour Dean Wesley Smith (un auteur américain très prolifique qui donne des conseils originaux aux jeunes auteurs, son site vaut le détour) : si tu ne vis pas de ton écriture, c’est peut-être parce que tu ne veux PAS vraiment écrire, et que tu te trouves des excuses pour ne pas écrire, etc…  Tiens, il faudrait une grosse discussion là-dessus.

DWS est très optimiste. Selon lui, les éditeurs cherchent toujours de nouvelles voix. Donc, si tu retravailles ton texte à mort, ça « rase » ou « émousse » ta voix créatrice, personnelle, originale. Ça m’est arrivé pour Ithuriel et pour cela, que son message résonne fort chez moi. Évidemment, DWS révise pour corriger les fautes d’ortograf ou les grosses bourdes, mais après, il ne réécrit que si son éditeur le demande. Et encore, quand le contrat est signé… :^)

Cette année, il s’est donné un défi d’écrire 100 nouvelles courtes pour 2011. Oui, cent!! Il est déja rendu à huit…. entre 2500 et 6000 mots chacune. Une chance qu’il répète souvent que chaque écrivain est unique et que ce qui marche pour l’un ne va pas marcher pour l’autre!

*

* Cette rencontre est arrivée, non dans un Salon du livre, mais lors de soupers professionnels à l’École Polytechnique. Je suis tellement bien « attiffée » qu’on me prend automatiquement pour une directrice d’entreprise florissante. J’avais l’air de la madame de cette BD… C’est quand on s’aperçoit que je suis une humble travailleuse autonome que les contacts éventuels déchantent.