Archives de Tag: arts

Image

Double page crayonnée

Pour rappeler à mes hordes de fans que je travaille aussi mes mangas… Un crayonné tout frais de ma tablette.

Crayonné de la Route des Honneurs, un voilier terrestre glisse vers une ville à l'horizon

Le « crayonné » virtuel a été fait à partir d’un croquis très pâle fait à la main, lequel a mal passé l’étape du scan. la ville à l’horizon, c’est Talmus, la ville natale de Chaaas*, notre jeune héros du peuple des Jardiniers. J’ai utilisé une perspective arrondie pour un effet de profondeur.

* De Chaa– la terre, et –haas, le feu.

Les escargots artistes

.

Haïku d'automne en BD par Michèle Laframboise

.

Cette semaine, j’ai été inspirée par les Haïkus en BD réalisés par la classe de Salgood Sam (son site d’artiste Dynamic Drawing est une ressource indispensable). Voici donc mon haïku, inspiré d’une course à pied récente..

Grandeurs et misères de la table de dédicaces – 72

Ma pile de livres à lire...

Ma pile à lire, à côté de mon bureau en date de ce matin. J’ai fini la revue Planches, mais plusieurs magazines attendent que je les déballe! En-dessous, le truc avec plein de papiers jaune est The Algal Bowl, Overfertilisation of the World’s Freswaters  and Estuaries, que je consulte souvent.

Pile de livresLe reste de ma pile à lire, il y a une deuxième rangée en arrière… Je n’utilise pas souvent le fauteuil de lecture à côté, vu que (1) le fauteuil est souvent caché sous le linge jeté dessus et (2) je lis partout ailleurs (dans les marches de l’escalier, sur le patio, debout près du comptoir de la cuisine…) 

Où se cache le reste de ma pile à lire!

Il faut donc développer un triage. Je donne une chance aux romans, si au bout de vingt pages (ou 80 pages et plus si c’est le roman offert en cadeau, ou signé par un-e amie), l’histoire ne m’accroche pas, ou je vois dans quelle direction le récit s’engage et ce chemin ne m’intéresse pas (y a une limite au masochisme!) j’arrête ma lecture.

C’est difficile de dire à des amis écrivains qu’on ne vivra pas assez longtemps pour lire tous leurs livres… Mais c’est pour moi important de goûter à tous les plats littéraires!

Couper 10% d’un arbre…

Silence, on coupe!

Coupez 10% d’un arbre. Puis un autre 10% l’an suivant, avant qu’il ait le temps de se régénérer. Une grosse branche par ici, par là… Voilà ce qui attend Radio-Canada, un diffuseur bien enraciné dans notre société! Lire la suite

Une belle page avant la fin du monde…

Maitresse des vents, page 32, en tons de gris

Une belle page terminée donne une grande joie à l’artiste. La page 32 de Maîtresse des vents.

Rencontre aquatique – 2

Rencontre aquatique, à paraître bientôt dans Nexuz3! Image en tons de gris

Disparaître derrière notre toile

Dédicace de Starwatcher par Moebius, 1998, Festival BD de Québec

Le 10 mars dernier, Jean Giraud (alias Moebius) est parti compter les étoiles. Son œuvre, riche et généreuse, témoigne de cet ingrédient capital d’une histoire, fut-elle fable politique sur fond galactique (L’Incal) ou cavalcade échevelée dans le désert du Mexique (Blueberry) : le sense of wonder.

Cet « émerveillement » exige un travail visuel ardu. L’auteur-e de BD doit apprendre moins à se mettre en vedette que de devenir, comme Moebius, un pont que ses lecteurs et lectrices traverseront avec joie pour visiter son univers.

La quête du sense of wonder est parsemée d’embûches.

Au début, on essaie d’imiter le trait des maîtres (Moebius, Druillet, Hermann, dans mon cas). Puis, on se met au défi de créer des univers de science-fiction plus originaux. Je sue sang et eau pour pondre chaque vaisseau, chaque élément de décor que je crois unique… souvent pour m’apercevoir que quelqu’un d’autre a fait mieux!

Chaque artiste est conscient que, dès que son dessin est tracé sur le papier, il s’envole hors de notre portée. Il sera copié, recopié, adapté, digéré… Quand Todd McFarlane a dessiné en 1988 « son » Spiderman dansant dans l’air avec de multiples fils d’araignée emmêlés, presque tous les autres dessinateurs ont repris sa façon de dessiner les fils.

Nous sommes des araignées invisibles qui filent leur toile à coups de crayon, espérant retenir nos lecteurs dans une île impossible, un planète savoureuse, un monde fantastique peuplé de personnages émouvants.


quand l’artiste a bien tissé sa toile
il y voit, parfois, briller des étoiles

xploration - tirée des Voyages du Jules-Verne, où l'influence de Moebius se fait sentir.

Cet éditorial a été publié sur le site du magazine de science-fiction Nexuz3.

L’illustration ci-dessus est de moi, du temps où je préparais ma série SF Les voyages du Jules-Verne. On peut déceler sans peine l’influence de Moebius sur mon travail…

Les joies de la dédicace

Jiraya Salon du Livre 2012

Je suis une fan de Naruto, au cas où ca ne paraîtrait pas assez… Et Jiraya est mon perso préféré dans la série, pas juste parce que c’est un écrivain!

Rencontre aquatique

Rencontre Aquatique

.

En attendant ma prochaine BD, voici un dessin silencieux d’une rencontre sous-marine, réalisé au crayon de couleur. Dessiner un monstre aquatique a été un défi. Le plaisir a été d’orienter les rayons de lumières qui tombent sur les masses. Le rendu est pâle, mais j’ai augmenté l’intensité de la couleur après le scan du dessin.

Une page de cerf-volant

Vous vous souvenez du brouillon de page, ce printemps? Revoici la même, encrée et en tons de gris!

Maitresse des vents

C’est un extrait de ma BD « Maîtresse des vents« , publiée dans le numéro 7 du magazine de science-fiction et fantasy  Nexuz3 (édité par Gérard Lévêque) qui vient de sortir. Nexuz3 est disponible dans les librairies spécialisées au Québec. Les BD sont toutes de très bon calibre et méritent le détour!

La page m’a demandé peu de travail pour la mise en tons de gris, parce que j’ai moins « tété » pour dessiner mes blancs et noirs. On remarquera aussi que j’ai enlevé plusieurs cadres, ce qui fait mieux respirer la page. La fonction « dégradé » est très utile, pour donner un effet de profondeur comme dans cette page-ci.

Ceux-celles qui observent le brouillon noteront que j’ai rogné sur le rocher à la fin et légèrement déplacé le cerf-volant qui s’envole.

Maitresse des vents se déroule dans la civilisation de super-jardiniers, plusieurs années avant le cycle de La quête de Chaaas.

***

Une note, la mort  de Jack Layton nous rappelle que le cancer est une maladie révoltante. Pensez-y: un paquet de cellules en désordre parasitent et, trop souvent hélas, tuent des êtres humains intelligents! J’ai donc été touchée par la lettre qu’il a écrite (ou dictée, dans son état de faiblesse) pour les Canadiens.  C’est une excellente idée, et ces mots nous insufflent plein de courage pour faire face aux difficultés.

Cette caricature de Garnotte (journal Le Devoir) est empreinte d’un symbolisme qui fait mouche. Soyons tous des tuteurs droits et généreux pour les jeunes arbres!

Caricature de Garnotte dans le Devoir

Pour se changer les idées

Maîtresse des vents - Page11 - brouillonUn brouillon de page au crayon bleu et à mine 4H réalisé récemment. Le bleu pâle n’est pas facile à scanner.

Une page de BD en réalisation

Pour les curieux, voici une planche d’un projet en cours, « Maîtresse des vents ». Dessinée au crayon bleu et repassé à la mine 4H. Ca change de mon style caricatural.

Brouillon de la page 9

Pour les fans, c’est bien la même Adalou kha Narri qu’on rencontre dans Les vents de Tammerlan (série La quête de Chaaas). La BD, destinée aux jeunes, retrace une partie de sa jeunesse sur la florissante planète Luurdu.

La première scénarisation a été faite à l’intérieur de 24 heures, lors d’un 24-24 en 2009, puis je n’y ai plus retouché avant janvier dernier. C’est pour cela que le titre, en haut, est en anglais!