Archives de Catégorie: Nature

Vacances et Providence (2 semaines de bonheur dans un motel)

C’est un défi de partir en vacance en respectant la planète, mais on a fait de notre mieux. Pas d’expédition au bout du monde avec trajet en avion, co-voiturage, et un transport en commun au retour.

C’est aussi un défi de trouver des établissements qui ont renoncé au plastique, mais cette fois oui, on en a trouvé. Nous nous sommes installés à Providence Bay, pour deux semaines dans un… motel magnifique!

Magnifiques vitraux.

Un motel vraiment spécial et chaleureux

Dans nos têtes, quand on pense « motel », on pense un lieu bruyant, un building âgé, des chambre beiges et mornes, un peu comme comme cette description pigée dans un roman de Lee Child (Never Go Back) qui m’avait frappée lors de la lecture.

« …the night clerk gave him a room, which had all the features Reacher expected, because he had seen such rooms a thousand times before. There was a raucous through-the-wall heater which would be too noisy to sleep with, which would save the owner money on electricity. There were low-watt bulbs in all the fixtures, likewise. (..) No doubt the shower would be weak and strangled, and the towels thin, and the soap small, and the shampoo cheap… »

Eh bien, rien à voir avec le Huron Sands. On a plutôt découvert un petit coin de paradis.

Huron Sands est très au-delà d’un « motel » anonyme aux chambres sans grâce et mornes. Ses dix chambres sont élégantes, avec un plafond incliné en bois avec traverses, un plancher en bois flottant, des murs bleu-vert et des vitraux sur le triangle de vitre au-dessus des portes (photo). Les propriétaires avaient racheté un motel bâti vers 1958 et tout rénové.

Les vitraux des chambres 2 et 3 sont vraiment magnifiques. Notre chambre, la 1, n’en avait pas mais un appliqué-collé tamisait la lumière au-dessus des rideaux en un doux bleu.

Certaines chambres avaient des cuisinettes; pas la nôtre, mais elle comptait un four micro-ondes, une cafetière, un petit frigidaire et une bouilloire pour le thé, ce qui nous a permis de nous faire un peu de repas. Un gros plus: ils acceptent les animaux de compagnie !

Souvent en motel, les décorations sont inexistantes. Même en hotel chic, les cadres sont des reproductions cheap. Pas ici. Les cadres et oeuvres d’art faits par des artistes locaux sont même disponibles pour la vente! Au restaurant, on pouvait acheter des pots de délicieuse gelée de « hawberry » faite maison. Les dames qui géraient et le motel et le petit restaurant (dont mon mari a essayé TOUS les plats lors de notre passage), et le fils de l’une d’elles, ont été au-delà de nos attentes.

Oui, un bel endroit !

Je recommande chaudement le restaurant car il y a des aussi mets végétariens et végans. Tania cuisine de merveilleux bourrekas et des crêpes russes « blinis » qui font notre bonheur le matin. Il y a aussi de la soupe aux lentilles et du « borscht » qui valent le détour, et des plats plus copieux et des déjeuners. Ouvert de 9 h à 9h avec une pause entre 2 et 4 heures. Leon et Colleen sont super gentils, en deux semaines on a appris à apprécier leur constant labeur! Colleen nous a apporté un vieux drap pour ranger nos bicyclettes en sécurité (Photo)

La gentille maîtresse des postes, Éleanor, avait son petit bureau collé entre le restaurant et notre chambre no 1, donc on a pu acheter des timbres et envoyer des lettres et paquets, ce dont je ne me suis pas privée.

La borne de recharge au mur du bureau de poste pour recharger une batterie de voiture électrique! C’est lent, ça prend 5 heures, mais c’est utile. PLUS (continué): l’eau du robinet goûte très bon! Salle de bain très propre.

Une petite place tricotée serrée

À Providence Bay, il n’y a pas de dépanneur, alors le petit café Muchmor et le restaurant du motel comblent ce manque. Le Mutchmor est très impressionnant avec une superbe murale qui fait la joie des réseau sociaux. L’établissement offre de tout, y compris des chambres, des cours, de l’artisanat local. Et le café intégré offre des patisseries, des collations, sandwiches et café bien sûr!

Des jeunes de Sudbury, à 1 heure et demie, y travaillent l’été.

Un voisin tient même un mini BBQ tous les jours, ce qui dépanne quand les deux restaurants (autres que le Huron Sands, ouvert 7 jours) sont fermés le lundi.

Dans une île au nord, la nourriture est forcément un peu plus chère qu’au sud à cause des réseaux de distribution. Les prix y sont en conséquence: 8 piasses pour un bon hotdog, 10-12 pour un burger bien garni. Gilles a apprécié le restaurant de poisson.

Et la plage…

Coucher de soleil sur la plage de Providence Bay, sur un lac Huron calme.

Distance de marche de la plage: 250 mètres, deux rues. Si vous prenez la rue McNevin, il y a une mini-bibliothèque d’échange de livres devant la petite église. J’y ai laissé un des miens…

Un pavillon d’interprétation, un mini-magasin et des terrasses avec des tables joignent la promenade, un bonheur pour les promeneurs et ornithologues amateurs. Il y a des toilettes publiques et une plaque pour se rincer les pieds ensablés, une très bonne idée. Les toilettes ont un espace pour se changer aussi. Il y a aussi, joie, des appareils d’exercice accessibles et des structures de jeu pour les enfants.

Un long tapis permet de passer du parking à la plage sans se fatiguer à marcher dans le sable pour ceux-celles qui sont chargés de chaises, serviettes, parasols, tente de plage, etc. Plus loin on peut louer des canots-kayak.

La plage et la baie offrent du sable fin, avec un peu de grains de magnétite (le guide dit qu’on peut s’amuser avec une aimant pour en ramasser).

Tôt le matin, les eaux plus calmes m’accueillent pour une trempette tranquille. Je signale la clarté exceptionnelle de l’eau du lac Huron, d’une belle couleur vert émeraude. Je n’ai pas vu de poissons car la baie près de la plage est peu profonde, et du sable fin.

Manitoulin, c’est aussi un rêve de géologue.

Le milieu des alvars, spécial. C’est un milieu semi aride sur une couche de roche calcaire (surtout de la dolomie) sur le bord du lac Huron. Le sol y est pauvre, et les plantes habituées aux changements de niveau d’eau. L’eau du robinet a d’ailleurs un très bon goût. On en a rapporté dans nos bouteilles pour faire durer nos vacances!

Une espèce de pin rouge et les cèdres y trônent, habités par des pinsons bruants et des mésanges.

Une belle table de billard, ou presque, en calcaire, à Misery Bay
Même Alvar, une belle table de billard avec quelques roches déplacées par les glaces du printemps… Les arbres au fond sont tous des conifères pins et mélèzes, et des cèdres très mature.
L’alvar au bout de providence bay, avec des plantes de rivages qui endurent les conditions extrêmes.

Il ne manque pas de vie animale, comme cette couleuvre, capturée lors d’une promenade en vélo.

Une couleuvre se glisse parmi la rocaille de l'alvar
Une couleuvre se glisse parmi la rocaille lors d’une promenade en bicyclette.
Bonheur géologique. J’ai pris une tonne de photos de roches. Ici Gilles a remarqué une roche rouillée dont les deux morceaux se recoupent (à gauche et droit de ses pieds.) Il y a pas mal de petits fossiles en cherchant bien.
Je n’ai pas d’explication pour ces cavités creusées dans la dolomie. Érosion par des grains qui tourbillonnent sous un couvert de glace?
Identifiez cette plante quasi extraterrestre! Je n’en ai jamais vue une telle.

Des morceaux de souvenir

Les paysages de l’Île Manitoulin sont multiples. On y aperçoit des champs de foin, et malheureusement, quelques granges abandonnées qui tombent tout doucement…

Les belles choses qui passent comme les fleurs du jour. La solitude du camionneur-livreur. Les pieds dans le sable chaud de la plage de Providence Bay. Le lac qui brille de couleurs dignes de dessins d’enfant, turquoise et bleu outremer, selon la profondeur. Une promenade en hauteur à Gore bay.

Les chutes Bridal Veil Falls, ci-dessous, qui décrivent un bel arc de cercle parmi les roches sédimentaires. Hauteur, environ 30 pieds, près du la Kagawong.

chutes Bridal Veil
Vue prise de l’escalier de métal qu’il faut descendre pur se rendre au plancher…

La courbe de ces chutes cachent que l’eau y est froide, et qu’il vaut mieux avoir des souliers de plage car ouille! Beaucoup de petits blocs aussi anguleux que fracturés sous nos pieds. Une foule de visiteurs s’y retrouvaient en après-midi (on n’avait pas bien choisi notre heure) et la technologie incluait aussi des drones…

L’eau d’une chute de trente pieds tape *très* fort sur la petite tête, donc attention.

On a suivi un sentier qui s’éloignait des chutes et traversait la forêt d’un côté de la petite rivière Kagawong, qui se déverse dans le lac du même nom. On a essayé de parcourir le sentier de l’autre côté du ruisseau: mauvaise idée, un des petits ponts était fermé. Il a fallu se mouiller les souliers et traverser en un lieu pas trop profond.

Des oeuvres d’art sont omniprésentes. Dans les chambres de notre motel, dans le café Muchmor de Providence Bay, dans les parcs.

Celle-ci m’a près des chutes particulièrement plu. Oui, l’art qui paraît si inutile aux politiciens et aux affairistes, embellit nos vies. Ce globe d’acier inox ou d’aluminium représente les choses fragiles, feuilles et noix et fleurs…

Gilles qui en bon promeneur écologique retire une papillote de bonbon de l’intérieur. Encore près des Bridal Veil Falls, au bout du sentier d’excursion.

Je termine par ce petit banc qui regarde vers le Nord, devant le lac Kagawong. Un poème y figure, écrit par le fils des parents ainsi honorés.

Take back my hand, sweet time of youth
Touch my heart and teach it truth
For here lies all of life's sweet song
To sing when all but love is gone
Take back my hand, sweet time of youth
Touch my heart and teach it truth
For here lies all of life’s sweet song
To sing when all but love is gone


–Earl Clinton McDermid

Image

Juillet, encore la générosité!

Pour mon anniversaire, une profusion de framboises telle que j’en donne aux voisins.

Puissions nous tous vivre avec autant de générosité!

Janvier

Janvier j’envie
les flocons
sans soucis

Janvier j’irais
voyager
dans ma tête

Janvier je veux
trop de choses
manque de temps

Janvier j’aimerais
voir danser
vent et neige

Janvier je vais
continuer
à marcher

Un sentier près de chez moi.

Ce poème improvisé a été inspiré par des flocons de neige qui tombaient, tout doucement, d’un ciel dégagé. Comme un beaume sur les coeurs douloureux.

Je souhaite de l’espace de marche et un répit pour tout le monde

Courir… vers le sub-zéro déchets!

Atteindre le sub-zéro déchets, possible? Oui!

En ramassant les trucs recyclables qui traînent à terre. Ce que je fais pendant les longs parcours de mon entrainement de marathon! Généralement, je ramasse assez de bouteilles de canettes et autre trucs recyclables pour plus que compenser le demi-kilos de déchets par semaine qu’on produit chez nous.

Oui mais, dites- vous, les parcs ont des bacs de recyclage. Justement…

Les joies de la course écolo!

Michèle, l'écologiste consommée, ramasse tout en courant des cannettes et des bouteilles de plastique.

Ici je pourrais écrire « fin ». Tout est bien qui finit bien… (Avertissement aux âmes écolo-sensibles, la scène qui va se dérouler vous fera de la peine. Si.)

Michèle frappe une déception. le bac est rempli de crottes de chien!
Michèle frappe une déception. Le bac de recyclage est rempli de crottes de chien, ce qui contamine les contenants propres.

La technologie évolue, mais lentement…

Ben oui, beaucoup de gens croient à tort que les crottes de chiens (et les pelures de banane) vont dans les bacs de recyclage. Oh que nenni! La technologie pour composter tout la matière organique fécale n’est pas encore au point. On a aussi tout un méga problème de surplus d’azote dans l’eau usée qui nuit à la qualité d’eau des lacs et rivières.

Les centre de tri ont un problème de contamination parce que les gens, même de bonne volonté, jettent des trucs au hasard. (Ils ont aussi un problème de communication avec les gens qui pensent que la science c’est comme le cinéma, ça va tout régler en vite!)

Une bonne nouvelle concernant les crottes de nos compagnons, on a disposé dans quelques parcs des « chutes » juste pour les crottes de chien, surmontées d’un distributeur de petits sacs (gratuit). Et c’est plus facile de composter avec des adjuvants le carbone et l’azote des crottes.

Pendant mon long parcours d’entraînement (30 kilomètres dimanche dernier), je traîne un sac de plastique avec moi parce que c’est dans mon bac personnel que je sais que le contenu est 100% propre et recyclable. Et le sac de plastique? Je les ramasse aussi à terre! La plupart des sacs s’envolent depuis la grosse épicerie près de chez nous.

Avis aux ami-es qui font du zéro déchets, on n’y est pas encore, mais ça s’en vient. C’est comme une asymptote. Chez nous, il reste malheureusement des gros meubles comme le lit, qui sortiront un jour de la maison. Mais toutes mes chaises de jardins, la moitié de mes bibliothèques et deux de mes tables de chevet ont été ramassées sur le bord de la rue!

Framboises de juillet

Je reçois une leçon de générosité chaque fois que je cueille les framboises qui poussent dans ma cour. Le framboisier ne demande rien, seulement du un coin de terre, un peu de soleil et de pluie.

Le framboisier vu d’en haut, montre quelques beaux fruits visibles. Or, si on s’accroupit et qu’on soulève la tige sans craindre les épines, on découvre sous les feuilles dix fois plus de fruits mûrs!

La générosité revient souvent parmi mes thèmes, et dans mes romans. Tout comme la gratitude. C’est ce que je nous souhaite le plus en ces temps de polarisation excessive; alors que je cueille et cueille des petits fruits que je laisse pousser dans l’arrière cour. Et j’en fais bénéficier mes voisins.

Gros plan de ces succulentes baies. On ne peut pas avoir un produit plus local que ça!

C’est la même chose quand vous vous arrêtez pour prendre du temps avec une personne, une seule, et découvrez sa richesse cachée! La musique de l’âme se laisse écouter pourvu qu’on fasse silence de nos préjugés.

(Et non, je ne réussis pas toujours mes confitures ou le silence de préjugés, mais je poursuis mes efforts dans cette excellente — et succulente– direction!)

Pour voir plus de photos de mon jardin, ma page Instagram

Une autre fois, je devrai vous parler des fleurs, surtout les humbles hémérocalles qui explosent au soleil en ce moment…

Des courses et des oiseaux

Michèle ENFIN! au fil d’arrivée! (Photo par Gilles Gagnon)

J’ai couru voici trois semaines lors du Marathon de Longueuil (dans le semi-marathon). 21.1 kilomètres, c’est long longtemps! Mon temps personnel a été de 2h 19 min 15 sec.

Ce qu’il y a de beau, c’est que je suis arrivées 40e sur 47 dans ma catégorie d’âges. Et c’est une très, très bonne nouvelle pour la santé globale des femmes. Très peu de femmes couraient passé la quarantaine, et maintenant, on a des catégories d’âges au-dessus de 70 ans!

Le corollaire, c’est que les résultats s’améliorent avec les années pour tout le monde. Le temps que j’ai réalisé m’aurait qualifiée pour le (semi-) marathon de Boston… en 2004! Aujourd’hui, ce temps est loin de suffire. 2h20 en demi ou 4h40 en marathon complet, c’est encore trop lent.

J’espère bien pouvoir le courir quand j’aurai 100 ans…

Michèle fière près du podium

La veille… Une course-observation d’oiseaux

Je ne savais pas que j’allais courir ce dimanche 19 mai! Alors, je me suis levée de bonne heure pour parcourir la base de plein air, et observer les oiseaux…

Courir dans cette forêt…

Chaque fois je me rends chez les beaux-parents à Longueuil, quand la température le permet, je pars courir très tôt dans le parc Michel-Chartrand. Le silence du petit matin est enchanteur.

Un pic (mineur ou chevelu) sur la clôture)
Un cardinal, perché sur la même barrière.
Un cardinal, perché sur la même clôture.
Bon, c’est pas un oiseau… Mais il se débrouille bien depuis que les promeneurs n’ont plus le droit de nourrir les cerfs du parc (pas bon pour leur estomac)
Magie du matin de brume, toujours au même parc
Une femelle cardinal qui cherche son copain…
Un bruant non identifié (familier? ) et un pic (mineur ou chevelu) La photo est très floue, car j’ai utilisé ma tablette en faible résolution…

En revenant, c’est là que j’ai vu tous les préparatifs et les courses d’enfants. Alors, ne faisant ni une ni deux, je me suis inscrite. Ce que j’ignorais, c’est que mon cousin-par-alliance de Québec Bruno, s’était inscrit lui aussi, pour le 42.2… On ne s’est pas croisés, malheureusement, dans la foule.

Image

Chemin d’hiver

2019-01-20 11.34.08

Ce paysage par moins vingt degrés

par d’autres promeneurs fréquenté

Dans ma ville, un secret bien gardé 

 

 

 

Se promener en ski de fond requiert des températures assez froides pour garder la neige glissante. Mon année 2019 commence sur la pointe des skis, à écouter les oiseaux au bord de lac Wabukaine, Mississauga.

 

Un monarque qui s’est fait attendre!

Un papillon monarque solitaire plane au-dessus de la banquise artificielle…

Monarque des glaces , une dystopie climatique par Michèle Laframboise
Un papillon géant à cerveau humain plane au-dessus d’une Terre ravagée par les perturbations climatiques. Dominique filme les luttes entre survivants pour le plaisir des Seigneurs du Pôle, les descendants des industriels dont les palais roulants parcourent la glace synthétique du continent arctique. Loyal à ses maîtres, le papillon géant est indestructible, tant qu’il se contente de planer en haute altitude… sans s’attacher aux gens qu’il découvre.

Pourra-t-il sauver des survivants menacés par ses créateurs?

Un lancement écologique!

Monarque des glaces, une nouvelle de science-fiction, sera lancé en grandes pompes le 16 octobre prochain sur les plateformes numériques suivantes:

Kobo

Amazon (CA)

Amazon (US)

D2D 

Smashwords.

Oui, en livre électronique, donc pas d’arbre abattus!

Monarque des glaces, une dystopie climatique de 5000 mots, en plus de donner une description à frissonner de la catastrophe climatique et économique qui nous attend, (récemment confirmée par ce dernier rapport du GIEC) a reçu des honneurs :

– Prix Solaris 2010 de la meilleure nouvelle publiée au Canada français

– Prix spécial du jury du concours Réchauffement 2050 – Galaxies 18 – 2012

 

Des bons mots pour le Monarque

“Une aventure de pure science-fiction, inspirée par la mondialisation, notamment des pouvoirs politiques, et par les changements climatiques”
– Carlos Bergeron, Lettres Québécoises 140, 2011

“« Monarque des Glaces », de Michèle Laframboise, sans doute le plus beau texte, crépusculaire, triste, et tragique.”
– https://www.quoideneufsurmapile.com/2012/08/galxies-18-le-rechauffement.html

A gripping and harrowing tale of a future Earth where climate change has completely changed the planet… Laframboise’s tale is rich in vivid, evocative details.”
– Maria Haskin.com

 

Des prévisions climatiques confirmées

Ça fait plus de cinquante ans qu’on avertit les pétrolières au sujet de la pollution… Rien n’a été fait. Je compte à partir de 1962, lors de la publication du livre Silent Spring de la biologiste marine Rachel Carson.

Un auteure n’aime pas voir ses craintes confirmées, mais j’ai écris en 2009 dans Monarque des glaces que le point de non-retour arrivait avant 2035. Je compte ce point après la fonte définitive des grands glaciers terrestres.

J’ai aussi suggéré un thermostat planétaire qui va figurer dans un prochain roman. Ce thermostat, un bon usage du pétrole, est assez bien décrit en début de texte.

En 2009, la savante folle a proposé en table ronde (lors du Congrès Anticipation 2009)  de brûler moins de pétrole comme fuel, et de plutôt l’utiliser comme matière première pour fabriquer des objets utiles, comme une banquise artificielle.

 

Pour mieux saisir les enjeux

Pollution et climat: du cinéma à la démarche scientifique (pourquoi la science dans les films va si vite!)

Une solution au casse-tête arctique et faisable avec nos moyens techniques

Une BD sur le sujet de la fonte des glaces qui perturbe les courants marins

GrandeursMiseres65_EXtraitB

Et… Monarque des glaces!

Kobo / Amazon (CA) / Amazon (US) / D2D / Smashwords

 

Juillet généreux

2018-07-07_framboises123838

L’été s’y met à profusion, et les framboisiers nous donnent sans compter depuis une semaine. J’ai préparé trois « batchs » de pots de confitures, et ça continue…

La générosité revient souvent parmi mes thèmes. Tout comme la gratitude. C’est ce que je nous souhaite le plus, alors que je cueille et cueille des petits fruits.

Je ne parle pas ici de la générosité hypocrite qui s’étale dans des bals de charité où l’important est de montrer notre richesse, et de cautionner un système gagnants-perdants qui produira une bonne réserve de nécessiteux ayant besoin de charité…

Je parle de générosité en temps, ce temps libre qui nous fait parfois cruellement défaut, en efforts, en écoute…

Le framboisier vu d’en haut, montre quelques beaux fruits visibles. Or, si on s’accroupit et qu’on soulève la tige sans craindre les épines, on découvre sous les feuilles dix fois plus de fruits mûrs!

Je reçois une leçon de générosité chaque fois que je cueille ces fruits qui poussent dans ma cour. Le framboisier ne demande rien, seulement du un coin de terre, un peu de soleil et de pluie

Je reçois une leçon de générosité chaque fois que je cueille ces fruits qui poussent dans ma cour. Le framboisier ne demande rien, seulement du un coin de terre, un peu de soleil et de pluie

C’est la même chose quand vous vous arrêtez pour prendre du temps avec une personne, une seule, et  découvrez sa richesse cachée! La musique de l’âme se laisse écouter pourvu qu’on fasse silence de nos préjugés.

(Et non, je ne réussis pas toujours mes confitures ou le silence de préjugés, mais je poursuis mes efforts dans cette excellente — et succulente– direction!)

Générosité des confitures cette année!

Générosité des confitures cette année! J’ai même gardé l’écume rose dans un bol à part. Certains sont partis par la poste vers des ami-es et membres de ma famille…

Pour voir plus de photos de mon jardin, ma page Instagram

Une autre fois, je devrai vous parler des fleurs, surtout les humbles hémérocalles qui explosent au soleil en ce moment…

Excursion estivale

AscensionMontGrognonPascaleMicheleGris1000

Parfois en fouillant dans les boules à mites, on trouve des BD qui ont été publiées à faible échelle. Pascale est ma bonne amie dans la vraie vie et compagne d’aventure dans les deux albums de BD Technologie Salvatrice! 

J’ai toujours adoré l’escalade, et en ai pratiqué en solitaire dans ma folle jeunesse. L’ascension du Mont Grognon (nom fictif) à cheval sur la frontière Canada USA a été inspirée par une excursion réelle dans les Appalaches qui date du temps où notre belle piasse canadienne était au pair avec l’américaine…

J’ai vraiment descendu (et remonté) une échelle de métal aux barreaux enfoncés dans le roc dans le canton du Valais, en Suisse. Ca faisait partie de la Haute route du Valais, en partant d’Arolla.

J’avais un tel vertige en regardant le glacier et la rocaille en bas que j’ai hésité avant de m’engager. Puis je me suis dit, si je ne le fais pas maintenant, je vais le regretter longtemps…

Le Pas de la chèvre donnait accès à un glacier. Dans le lien, les échelles, que j’ai empruntées avec trépidation voici quelques 25 ans, ont été rénovées !

 

Octobre en Oregon

IMG_20171024_134238

De retour d’une formation intensive spécifiquement adaptée aux auteur-e-s de genre indépendants, à Lincoln City, Oregon. Notre salle se trouvait au bord du Pacifique, qui ne l’était pas trop, d’ailleurs!

Michèle à la plage

Non, aucun de nous ne s’est baigné-e sur cette invitante plage… Les vagues ont 15 pieds de hauteur. On les entend arriver dans un Brrrrroum assourdissant! Voir les gens sur la photo ci-bas, pour l’échelle. On déplore annuellement un ou deux morts à cause des « sneaky waves ».

IMG_20171028_200037MerRoches

Les humains, à l’échelle des vagues…

Bien des sujets ont été couverts dans notre semaine, mais si je peux donner un avis aux écrivains qui font escale sur ma page, c’est… planifiez pour conserver votre patrimoine intellectuel (IP – intellectual property) non seulement entre vos mains, mais aussi entre celles de vos héritiers.

Quelques photos d’ambiance, à Lincoln City.

Les vagues dans toute leur puissance

Les vagues dans toute leur puissance. Photo prise depuis le 4e étage de l’hôtel où se tenaient les classes.

Comment l'hôtel épouse la falaise

Dans cet hôtel, le rez-de chaussée est au 9e étage, puis on descend au 4e, puis au premier pour mettre pied sur la plage. Spécial de voir comment l’hôtel épouse la falaise. La marée haute se rend au premier étage.

Pour une auteure de SF, quelle aubaine que ces algues emmêlées!

Pour une auteure de SF, quelle aubaine de trouver ces algues emmêlées!

IMG_20171027_173037bois800

Détail du bois de pin rouge échoué malmené par les vagues.
Fleurs de plage. non identifiées.Fleurs de plage non identifiées, au pied (humide et salé) de l’hôtel Inn at Spanish Head. Faites honte à la Savante folle en palliant à cette méconnaissance!

 

L'avenue principale = l'autoroute 101

Je cours sur le bord de la 101, la petite ville de Lincoln City…
CameraZOOM-20160303124318839

N’oublions pas le danger de tsunami en descendant cette côte.

 

Les trois "soeurs" de la baie.

La baie de Siletz, où l’eau est plus calme. L’endroit a été aménagé en parc, car des phoques viennent s’y étendre. Je n’en ai pas vus lors de mes courses matinales.

IMG_20171028_174700_biblio

Mon rêve: une bibliothèque avec les BONNES proportions pour des petits romans! Librairie North by Northwest.

IMG_20171026_113747_MicheleFiere

Fin de course à l’auberge hantée…

L'entrée de l'Anchor Historical Inn
L’entrée de l’Anchor Historical Inn. Le marin à gauche est un mannequin… Des fois on fait le saut en le voyant assis sur le canot.

CitrouilleWestfalia1000

Pour finir, une citrouille déguisée en Westfalia…
Bon Halloween et prudence sur les rues!

Ce que je nous souhaite, ce 1er juillet

Les premières framboises

De la générosité. Le reste viendra en surcroît!

Promesse d'abondance. Buisson de framboises encore blanches

Promesse d’abondance

ce buisson de framboises

encore très blanches