Archives de Catégorie: Nature

Juillet généreux

2018-07-07_framboises123838

L’été s’y met à profusion, et les framboisiers nous donnent sans compter depuis une semaine. J’ai préparé trois « batchs » de pots de confitures, et ça continue…

La générosité revient souvent parmi mes thèmes. Tout comme la gratitude. C’est ce que je nous souhaite le plus, alors que je cueille et cueille des petits fruits.

Je ne parle pas ici de la générosité hypocrite qui s’étale dans des bals de charité où l’important est de montrer notre richesse, et de cautionner un système gagnants-perdants qui produira une bonne réserve de nécessiteux ayant besoin de charité…

Je parle de générosité en temps, ce temps libre qui nous fait parfois cruellement défaut, en efforts, en écoute…

Le framboisier vu d’en haut, montre quelques beaux fruits visibles. Or, si on s’accroupit et qu’on soulève la tige sans craindre les épines, on découvre sous les feuilles dix fois plus de fruits mûrs!

Je reçois une leçon de générosité chaque fois que je cueille ces fruits qui poussent dans ma cour. Le framboisier ne demande rien, seulement du un coin de terre, un peu de soleil et de pluie

Je reçois une leçon de générosité chaque fois que je cueille ces fruits qui poussent dans ma cour. Le framboisier ne demande rien, seulement du un coin de terre, un peu de soleil et de pluie

C’est la même chose quand vous vous arrêtez pour prendre du temps avec une personne, une seule, et  découvrez sa richesse cachée! La musique de l’âme se laisse écouter pourvu qu’on fasse silence de nos préjugés.

(Et non, je ne réussis pas toujours mes confitures ou le silence de préjugés, mais je poursuis mes efforts dans cette excellente — et succulente– direction!)

Générosité des confitures cette année!

Générosité des confitures cette année! J’ai même gardé l’écume rose dans un bol à part. Certains sont partis par la poste vers des ami-es et membres de ma famille…

Pour voir plus de photos de mon jardin, ma page Instagram

Une autre fois, je devrai vous parler des fleurs, surtout les humbles hémérocalles qui explosent au soleil en ce moment…

Publicités

Excursion estivale

AscensionMontGrognonPascaleMicheleGris1000

Parfois en fouillant dans les boules à mites, on trouve des BD qui ont été publiées à faible échelle. Pascale est ma bonne amie dans la vraie vie et compagne d’aventure dans les deux albums de BD Technologie Salvatrice! 

J’ai toujours adoré l’escalade, et en ai pratiqué en solitaire dans ma folle jeunesse. L’ascension du Mont Grognon (nom fictif) à cheval sur la frontière Canada USA a été inspirée par une excursion réelle dans les Appalaches qui date du temps où notre belle piasse canadienne était au pair avec l’américaine…

J’ai vraiment descendu (et remonté) une échelle de métal aux barreaux enfoncés dans le roc dans le canton du Valais, en Suisse. Ca faisait partie de la Haute route du Valais, en partant d’Arolla.

J’avais un tel vertige en regardant le glacier et la rocaille en bas que j’ai hésité avant de m’engager. Puis je me suis dit, si je ne le fais pas maintenant, je vais le regretter longtemps…

Le Pas de la chèvre donnait accès à un glacier. Dans le lien, les échelles, que j’ai empruntées avec trépidation voici quelques 25 ans, ont été rénovées !

 

Octobre en Oregon

IMG_20171024_134238

De retour d’une formation intensive spécifiquement adaptée aux auteur-e-s de genre indépendants, à Lincoln City, Oregon. Notre salle se trouvait au bord du Pacifique, qui ne l’était pas trop, d’ailleurs!

Michèle à la plage

Non, aucun de nous ne s’est baigné-e sur cette invitante plage… Les vagues ont 15 pieds de hauteur. On les entend arriver dans un Brrrrroum assourdissant! Voir les gens sur la photo ci-bas, pour l’échelle. On déplore annuellement un ou deux morts à cause des « sneaky waves ».

IMG_20171028_200037MerRoches

Les humains, à l’échelle des vagues…

Bien des sujets ont été couverts dans notre semaine, mais si je peux donner un avis aux écrivains qui font escale sur ma page, c’est… planifiez pour conserver votre patrimoine intellectuel (IP – intellectual property) non seulement entre vos mains, mais aussi entre celles de vos héritiers.

Quelques photos d’ambiance, à Lincoln City.

Les vagues dans toute leur puissance

Les vagues dans toute leur puissance. Photo prise depuis le 4e étage de l’hôtel où se tenaient les classes.

Comment l'hôtel épouse la falaise

Dans cet hôtel, le rez-de chaussée est au 9e étage, puis on descend au 4e, puis au premier pour mettre pied sur la plage. Spécial de voir comment l’hôtel épouse la falaise. La marée haute se rend au premier étage.

Pour une auteure de SF, quelle aubaine que ces algues emmêlées!

Pour une auteure de SF, quelle aubaine de trouver ces algues emmêlées!

IMG_20171027_173037bois800

Détail du bois de pin rouge échoué malmené par les vagues.
Fleurs de plage. non identifiées.Fleurs de plage non identifiées, au pied (humide et salé) de l’hôtel Inn at Spanish Head. Faites honte à la Savante folle en palliant à cette méconnaissance!

 

L'avenue principale = l'autoroute 101

Je cours sur le bord de la 101, la petite ville de Lincoln City…
CameraZOOM-20160303124318839

N’oublions pas le danger de tsunami en descendant cette côte.

 

Les trois "soeurs" de la baie.

La baie de Siletz, où l’eau est plus calme. L’endroit a été aménagé en parc, car des phoques viennent s’y étendre. Je n’en ai pas vus lors de mes courses matinales.

IMG_20171028_174700_biblio

Mon rêve: une bibliothèque avec les BONNES proportions pour des petits romans! Librairie North by Northwest.

IMG_20171026_113747_MicheleFiere

Fin de course à l’auberge hantée…

L'entrée de l'Anchor Historical Inn
L’entrée de l’Anchor Historical Inn. Le marin à gauche est un mannequin… Des fois on fait le saut en le voyant assis sur le canot.

CitrouilleWestfalia1000

Pour finir, une citrouille déguisée en Westfalia…
Bon Halloween et prudence sur les rues!

Ce que je nous souhaite, ce 1er juillet

Les premières framboises

De la générosité. Le reste viendra en surcroît!

Promesse d'abondance. Buisson de framboises encore blanches

Promesse d’abondance

ce buisson de framboises

encore très blanches

 

Mai oui!

Quand l’auteure délaisse son jardin pour se soigner ou soigner son écriture, des intruses foisonnent!  En attendant la sortie de ma prochaine nouvelle de SF chez Compelling Science-Fiction en juin,  voici un aperçu de ma cour.

Scandale!!! Des pisssenlits partout! Un jardinier, vite!

Scandale!!! Terreur pour les voisins! Un jardinier, vite!

Bon, il y a quand même quelques petites choses mignonnes qui s’invitent:

De charmants myosotis prennent pied où ils le désirent!

De charmants myosotis prennent pied où ils le désirent!

Des lilas au rendez-vous, plus généreux cette année

Pour certains habitants, une traversée de trottoir présente des risques certains:

Un escargot qui se hâte avec lenteur (à nos yeux!)

Un escargot qui se hâte avec lenteur (à nos yeux!)

Et enfin mon gymnase, délaissé lui aussi.

Mon gymnase secret: des branches de pin rouge bien horizontales, à la bonne hauteur!

Mon gymnase secret: des branches de pin rouge bien horizontales, à la bonne hauteur!

Nostalgiques? Quelques photos des autres printemps: ici et .

 

Bientôt dans un jardin près de chez vous!

Le printemps est arrivé… « Ils » reviendront pour vous faire un clin d’œil doré et moqueur!

p1040569-pissenlitw

Heureusement, les petites bio-tondeuses reviennent aussi!

Un visiteur distingué déjeune

En voici une, un lapin surpris l’an dernier dans notre cour.

Sinon, il reste l’équipement habituel de la jardinière sans peur!

Bon jardinage!

 

 

Chemins d’espérance

15697619_1406814439330872_4403718448717196841_n

Que dans la nuit et le silence
s’ouvrent des chemins d’espérance

 

Que l’année 2017 vous apporte santé et créativité!

 

Un Café et Chocolat pour 99 cents?

Si, c’est possible! Mais il faut galoper ailleurs que vers un fast-food!

Photo Shutterstock/ Eduard Kyslynskyy

Café et Chocolat, mon tout dernier ebook, est un récit vécu, très court et très loin de la SF, vous êtes prévenus! La photo de couverture, magnifique, provient de Shutterstock, car c’est difficile de prendre une bonne photo depuis un train rapide.

Lors d’un voyage, j’ai aperçu deux chevaux bruns broutant dans une petite cour, remplie de pièces de tracteurs. Une demi-seconde.  Par hasard, je les ai revus l’année suivante, au cours du même trajet, dans la même cour à scrappe. Et l’année d’après…

J’ignore tout de ces bêtes vues quelques secondes en six ans, mais je les ai baptisées Café et Chocolat. Et des questions ont surgi: ces chevaux étaient-ils négligés ou aimés?

Un texte court et émouvant, suivi d’une liste de refuges pour chevaux, avec des croquis en noir et blanc inédits, réalisés par l’auteure.

Deux chevaux dessinés de mémoire, Muskoka, nord Ontario

Deux chevaux dessinés de mémoire, Muskoka, nord Ontario

Pour 99cents. Plus de détails, et pour les distributeurs, voir le site d’Échofictions.

Et Festive Fin d’année à mes Fans Fidèles!

Pour vous taquiner…

Le prochain livre électronique, qui galope dans votre direction! Il sera disponible en ligne la semaine prochaine.

cafechocolat_couverture

Café et Chocolat, un court récit qui débute la collection Echos.

Lire la suite

Arc-en-ciel de brume

 

EnCourant2

En courant très tôt dans la campagne le 11  août dernier, j’ai eu la chance d’observer ce curieux phénomène météorologique.

Je courais sur une petite route, faisant des circuits de 3 km. Des nappes de brume matinale flottaient au-dessus des champs de foin, un grand espace dégagé.  Puis le soleil s’est levé, et en lui tournant le dos, j’ai eu cette merveilleuse surprise! Lire la suite

Grandeurs et misères de la table de dédicaces – 98

La savante folle doit se rendre dans un buisson plein de moustique pur avoir sa connection wi-Fi en pleine nature sauvage...

On s’approche de cent… Et oui, l’écriture et les contacts avec les éditeurs n’arrêtent pas, même en vacances, et le réseau Wi-Fi ne tient qu’à un fil. Tiens, est-ce un ours que j’entends près de mon buisson, ou bien le nid de fourmis rouges sur lequel je me suis assise est-il en ébullition?

Grandeurs et misères de la table de dédicace – 97

Écrivaine tiraillée entre le roman à finir et l'appel du jardin...

L’été qui arrive me pousse au jardinage plus qu’à l’écriture…

Ou au dessin!