Archives de Catégorie: Humour

Encore prise dans un vortex temporel! (Les joies de la recherche)

La savante folle, témoin du temps compressé!

Je l’ai encore fait!

Je fais des recherches pour un roman de SF en préparation (je garde les détails sous embargo pour l’instant) et, naviguant d’un site fascinant à l’autre, puis à l’autre, je me suis aperçue que mon après-midi d’écriture était tombé dans le terrier du lapin pressé, celui dans le conte Alice au Pays des Merveilles! Ou dans un vortex temporel, dans lequel le temps s’était comprimé, passant trop vite!

Je ne sais pas si ma formation scientifique aggrave cet exploit. Je suis titulaire d’une maîtrise en géographie physique, et tant d’aspects de la macro-écologie retiennent mon attention!

De plus, les préoccupations quotidiennes pénètrent mon mode Sérieuse Écrivaine. Depuis la surutilisation de plastiques à usage unique qui apparaissent dans les endroits les plus reculés ou au fond des océans, aux déchets générés par mes propres stylos jetables (merci Pentel et ses plumes rechargeables!), au prochain décompte des oiseaux du Great Backyard Bird Count, et la promotion de mon court livre réconfortant Valentin Sous Zéro

Donc, tous ces petits morceaux s’accumulent comme un processus d’agrégation de planète, diluant ma concentration.

Et quand je lève la tête, il est déjà 16h00…

L’iceberg

Comme je l’ai mentionné dans un autre article, la plupart de mes notes de recherches ne se retrouveront jamais dans le roman que vous lirez l’an prochain. Certains détails, si je ne peux pas les placer dans le roman, apparaîtront, fortement résumés, dans une ou deux nouvelles qui explorent le même univers.

Ce que je ne ferai PAS, c’est d’intégrer toutes ces friandises minutieusement rassemblées dans le roman lui-même, sous la forme d’un lourd bloc expositoire (info dump ), ou à travers une explication assez longue d’un personnage secondaire qui sera tué dans le chapitre suivant (grrrr!)

Il faut voir la recherche comme la partie cachée d’un iceberg. Ce qui flotte au-dessus sera le livre sur lequel le-la lectrice prend pied. Si vous tentiez de tirer une plus grande masse de l’iceberg au-dessus du niveau de l’eau, comme je l’ai fait dans mes premiers livres (heureusement Daniel Sernine, mon éditeur de l’époque, l’a repéré!), vous vous retrouveriez avec un ensemble de détails indigestes qui alourdissent l’histoire- récit.

Oui, j’étais l’une de ceux et celles très capables de partager tous ces détails mignons!

Oui, il est tellement tentant de faire s’arrêter vos personnages sur une crête et de décrire le paysage merveilleux qui se déroule devant eux, dans des détails atroces, sur deux ou quatre pages! La lecture sera plus agréable avec une description plus courte et percutante, comme celle-ci, tirée d’un projet en cours:

Les dunes formaient un grand bassin de sable cerné par les flancs crevassés de montagnes en perpétuelle dispute. Celles-ci, âpres et dures comme la vie, se tordaient pour s’élever plus haut, toujours plus haut, une dispute géologique commencée des éons plus tôt.

La plus grande partie de votre iceberg doit demeurer sous l’eau!

La solution n’est pas la dilution!

Effectuer une recherche efficace, sans diluer son attention, c’est le Graal de tous!.

Une solution pour mieux gérer son temps est de faire la recherche après avoir atteint un son objectif de mots pour la journée. C’est la méthode de l’auteure Kristine Kathryn Rusch pour limiter son temps passé en recherche. Elle parvient également à faire ses recherches avant d’écrire le roman, alors qu’elle termine le livre précédent.

Ce n’est pas la méthode de son mari, Dean Wesley Smith, qui fait ses recherches pendant qu’il écrit, parce que des informations sympas vont influencer son récit. Je sais que ça m’est arrivé de changer le cours d’une nouvelle pendant la recherche.

Une solution évidente est de limiter le temps passé sur les plateformes sociales. Ou bien retirez-vous complètement des médias sociaux pendant la période de production intense, comme Julie E. Czerneda. Remède de cheval!

Personnellement, j’utilise une minuterie. Parfois, le temps ne suffit pas et j’ajoute une minute, deux… Pas tout à fait au point, ma méthode!

Ou j’utilise cette expérience comme carburant léger pour écrire un article de blog.

Des sources utiles

Je recommande ce bouquin de mon confrère Dominique Bellavance Comment écrire plus: 50 conseils d’auteur pour maximiser vos séances d’écriture, qui présence de façon très joyeuse les défis de productivité. Il contient quelques conseils sur les facons d’éviter les distractions!

J’utilise beaucoup aussi (en anglais, hélas!) le livre de Kristine Kathryn Rusch, The Pursuit of Perfection, qui déboulonne l’obsession de perfection. En gros: le désir de perfection peut vous faire « staller » indéfiniment et couler. Ce problème mériterait à lui seul son article de blog!

Conte de Noël de la Savante folle

Je casse la glace durcie sur l’entrée de garage.

Ma pelle fait un vacarme dont l’écho se répète, des clangs si fort que j’ai surement réveillé tout le quartier. Enfin, ceux et celles qui ne se déplacent pas au travail. La température tourne autour du zéro Celsius, mais le vent refroidit tout.

Si, au moins, le soleil réchauffait la surface de la veille asphalte toute fissurée, la glace fondrait par elle-même. Mais non, les nuages gris l’ont mangé tout cru.

J’en veux à cet hiver capricieux qui ne se décide pas : un jour il tombe 30 cm de neige, le suivant tout fond, mais pas complètement. La nuit d’après, regel, créant des patinoires partout. Pas étonnant que la rue se crevasse et les trottoirs se fissurent!

Et comme l’entrée du garage de mes voisins est en pente, zzzoup!

D’où ce travail de forçat. Alors que je devrais cuire la dinde-tofu, piler les patates, finir le gâteau au chocolat qui ne sera qu’un pâle reflet de ceux que grand-maman faisait, et mettre la table pour le moment où le mari et le fils reviendront de leur expédition de dernière minute en magasin. Et placer les plus beaux couverts, les assiettes perchées en haute altitude dans les armoires de cuisine.

Puis, j’ai pensé à ma voisine qui s’est cassé la hanche lors d’une mauvaise chute. Elle n’est pas beaucoup plus vieille que moi, et son mari s’est donné un tour de rein. Je suis en forme, un privilège, donc je bûche à leur place.

Des fois je me dis que c’est tellement stupide, de risquer la crise cardiaque pour entretenir le chemin d’une voiture polluante, et les trottoirs, dont les dalles brisées menacent les marcheurs. Sans oublier les entrées des maisons, pour faciliter le passage des humains et du facteur.

Parlant de facteur, justement, le facteur vent vient de glacer la coulée de sueur sur mon dos. Irrégulier, le vent ne souffle plus dans la même direction, dévié par tant d’édifices. J’aurais dû m’habiller davantage, mais quand j’empile trop de couches, je sue à grosses gouttes.

Si seulement l’hiver pouvait se décider! Rester au-dessus, ou en-dessous du zéro, mais pas cette valse de gel-dégel qui use l’asphalte tellement plus vite qu’avant! Et qui use la patience aussi…

Le soir tombe trop vite, laissant la place aux lumières de Noel, des rivalités multicolores augmentées par les prouesses techniques. Je ressens un peu de jalousie, mais j’aime ces lumières qui offrent aux passants pressés une gâterie visuelle.

Le monde est sombre et dur. Alors, un peu de lumière, les bleues et vertes et blanches surtout, réchauffent l’âme.

J’arrête mon mouvement de casse, l’écho de mon dernier coup de pelle à glace résonne longtemps. Une fragile bulle de silence s’étend sur la rue déserte.     

Mon souffle condensé crée un nuage qui disparaît trop vite.

Le silence, dans une ville, est un trésor à chérir. Je tends l’oreille, espérant surprendre un pépiement de mésanges, le twip d’un moineau fâché, le craquement de la couche de neige durcie foulée par les pattes d’un chat ou d’un lapin.  

Mais le seul bruit que j’entends est le froissement d’une enveloppe sur laquelle je viens de piler. Une enveloppe intouchée, évadée avec la complicité du vent d’un camion de recyclage. Les boules de Noël et des branches de houx entourent un message trop familier en ces temps de réjouissances : Donnez généreusement!

À mon avis, inscrire Donnez généreusement, ou Urgent!!! Nous avons besoin de vous, avec un excès de points d’exclamation est une erreur stratégique qui conduit cette enveloppe au panier de recyclage.

Je ne vais pas jeter la pierre à mes voisins. Depuis que les organismes de charité se passent nos listes d’adresses, c’est vingt, trente enveloppes Donnez généreusement que je reçois, juste parce que j’ai oublié de cocher une minuscule case cachée dans un paragraphe en petits caractères.

Cette pression accrue me porte au découragement.

Oui, donnez généreusement, pendant que les grands de ce monde mettent à pied des hommes et des femmes ou manigancent pour diminuer leurs rentes de retraite, pendant que leurs avoirs personnels gonflent sans cesse. Et ces mêmes grands poseront leur main sur le cœur dans les galas de charité, tandis que l’autre main se glisse dans celle du premier ministre qui réduira encore leur part d’impôts à payer avec des entourloupettes légales. Ensuite, le premier ministre ouvrira ses mains vides en disant « voyez, nous n’avons plus d’argent… »

Au milieu de tous ces spéculateurs sur nos dettes, qu’est-ce qui reste à cette fameuse classe moyenne qui rétrécit sans cesse? Les dons chutent, année après année, même avec la promesse d’un généreux donateur anonyme qui va doubler ou tripler votre don.

Tant de nous peinent à joindre les deux bouts, toujours à une maladie, un accident, une mise à pied de se retrouver à la rue…

Clanggg!

Ma pelle brise une coque de glace qui aurait fait chuter mes plus fragiles voisins.

Briser de la glace, c’est difficile, aussi difficile que de mettre à jour les racines de la corruption. En été, je compare la lutte à la corruption à l’arrachage des profondes racines de plantes envahissantes.

Une autre enveloppe me fait de l’œil, coincée sous la glace. Toute rouge, avec les mêmes boules de Noël et les branches de houx. Juste le message est différent.

Vente-éclair de Noel, Trouvez vos cadeaux ici, 50% de rabais…

L’autre face du temps des Fêtes apparaît. Eux aussi, les commerçant et assureurs et banques offrant des cartes de crédit pré-approuvées à des taux incroyables…

Consommez, consommez!

Donnez, donnez!

Et surtout ne dérangeons pas les généreux spéculateurs qui se donnent des claques dans le dos à Davos en faisant semblant de se désoler pour la crise climatique à laquelle ils ont largement contribué.

Tant pis. Cette année, j’ai délaissé les magasins et décidé de donner ce que je pouvais. Nourriture, vêtements, objets de cuisine, livres pour nourrir les rêves…  

Un autre son s’élève.

Pas l’auto d’un des voisins-qui-travaille-loin et qui rentre d’un boulot qui va s’évaporer l’an prochain dans une énième réorganisation. Un léger tintement de clochette, à des lieues du claquement rageur de ma pelle. Un chœur de voix, doux comme le vent qui souffle moins fort.

Un instant, la magie du surnaturel baigne mon âme.

Puis un ronronnement familier de moteur diesel, pas écologique du tout, brise la magie. Les faisceaux de deux phares rouges balaient le trottoir que je déglace avec zèle.

Je me retourne, avec une forte envie de déverser mes frustrations de donatrice/consommatrice épuisée.

Le chœur provenait d’un radio de camion, un gros Mack à 18 roues qui traîne une longue semi-remorque marquée d’un logo peu familier avec, oui, une branche de houx et une boule de Noël. Un mastodonte de cette taille n’aurait pas pu s’engager dans une étroite rue résidentielle. Une bonne odeur de gingembre épicé me chatouille les narines.

Un visage avec un collier de barbe se penche par sa fenêtre ouverte de laquelle se déverse le chœur.

 — Excusez, dit-il, je me suis perdu.

Sa voix graveleuse trahit un âge dans la soixante-dizaine avancée, que confirme la barbe blanchie par les soucis qui tombe par-dessus son devant d’anorak rouge.

Un autre vieux qui a perdu sa retraite et qui doit travailler jusqu’à la fin de ses jours, tant qu’il pourra. Non, c’est son chemin qu’il a perdu. Et comme les camionneurs sont sur la clock, comme on dit, je range ma mauvaise humeur au fond de ma poche, avec les enveloppes, et plante ma pelle dans un précaire banc de neige.

— Vous voulez aller où?

Le camionneur se tourne pour couper le moteur diésel. Le silence retombe. Un bon point contre le gaspillage, me dis-je.

Il gratte la tête sous son bonnet.

— Eh bien, c’est un peu compliqué, depuis que mon dernier GPS a pris sa retraite…

— Pris sa retraite? Il est plus chanceux que moi!

Oupse! J’ai encore parlé trop vite. Un bout noir de langue de vipère de mauvaise humeur dépasse de ma poche. 

— Désolée, dis-je, je suis un peu comme vous, je travaille comme pigiste. Donc je n’ai pas de retraite en vue.

Il sourit, et ça change sa physionomie.

Je veux dire, le monsieur n’a pas un sourire Colgate plus blanc que blanc avec des gencives plus rouges que son anorak. Ses dents ont une belle patine, ivoire comme une vieille défense d’éléphant, mais il y a comme une lumière cachée dans sa bouche qui monte jusque dans ses yeux, d’un bleu pâle comme la glace sans cochonneries prise a l’intérieur. Et cette lumière, cette chaleur, fait disparaitre la coulée de sueur dans mon dos, tandis que les grands de ce monde rapetissent jusqu’à l’insignifiance.

C’est à ce moment que je m’aperçois qu’il m’a parlé en français, alors que j’habite un quartier anglophone de la région de Toronto. Comment pouvait-il deviner ma langue de fière franco-ontarienne?

— C’est quelle marque, votre GPS? Un Garmin, un Tom-tom?

— Non, c’est un Rudolph-2.

— Je connais pas la marque.

— Ouain, ben le premier était meilleur, mais il a pris sa retraite.

C’est dit sur un ton tellement bonhomme que je ne relève pas l’incongruité. Je me de dis qu’il doit être bien solitaire dans son métier, un peu comme Serge Bouchard dans ses monologues du camion. Alors je lui pose une question « bonne-femme ».

— Et qu’est-ce que vous transportez?

Il pointe sa main vers l’arrière.

— Des cadeaux.

Juste à ce moment, une chaude effluve de gâteau au chocolat me caresse l’odorat. Je me sens redevenir minuscule aussi, transportée chez ma grand maman qui sort du four son gâteau nappé de glaçage au chocolat, puis dépose au centre une cerise au marasquin. Je m’ennuie tellement de ma grand-maman.

Puis je reviens au présent. S’il transporte de la bouffe…

— Rien de périssable, j’espère?

— Oui, mais ça va se garder. Je dois livrer ça cette nuit.

Il y a des moments, dans certaines histoires, où on qualifie un personnage de genre-blind. Par exemple, des jeunes dans une maison hantée, qui se séparent « pour couvrir plus de terrain », alors que c’est un poncif de film d’horreur que tout le monde connaît. Ou une jeune femme dans un demeure aussi vide que victorienne, qui a entendu un bruit venant la cave, et qui y descend, seule dans sa nuisette transparente… Bon, ce genre d’aveuglement, ou de dissonance cognitive.

Mon cerveau n’avait pas encore relié les points, surtout avec les enveloppe de sollicitation dans ma poche.

Je m’adresse au monsieur barbu, mais je « hedge mes bets » en me gardant une prudence.

— Vous êtes comme un Père Noël, alors! que je dis.     

Je lui offre mon plus beau sourire de dents ivoires, mais bien soignées par le dentiste.

Les oiseaux pépient dans mon dos. Je me tourne la tête, il y en a toute une volée, un rêve d’ornithologiste du grand décompte de Noël.

Des cardinaux, plus rouge que rouge avec leur dames plus discrètes, au plumage beige et rouge. Des mésanges à tête noires taquines, des juncos qui ont l’air d’avoir mis un costume chic gris et blanc, des geais bleus, et d’autres que je n’ai pas le temps d’identifier. Même un faucon pèlerin s’était posé sur une branche, étonnamment indifférent à tous les petits repas potentiels qui piaillaient à portée de serres.

 Je me retourne. J’avais peur que le camion disparaisse comme dans les contes, mais le camionneur de Noel est toujours là, une main sur le volant, à contempler lui aussi l’assemblée d’oiseaux. Peut-être qu’on s’est tous trompés collectivement, et que Saint-François d’Assises se cache sous cette barbe.

Personnellement, je n’ai rien contre.

— Oui, il admet. Et je dois livrer les cadeaux à une série d’adresses.

Il me tend d’une main gantée une pile de papiers d’imprimante matricielle. Il doit y avoir des centaines de feuille pliées avec les petits trous. Sur le dessus, une adresse.

Pas la mienne.

Mais de quoi je me plains, vivant dans un bon quartier, dans un pays en paix?

Puis j’allume : la première adresse est celle d’un centre de distribution de nourriture et de vêtements.  À cause des grands de ce monde, plus de familles peinent à survivre, et les dons baissent. Alors, quoi de plus naturel que le Père Noel change sa route?

 En-dessous, je reconnais d’autres adresses, un refuge pour jeunes dans la rue, une maison pour femmes en difficulté, une maison de transition pour ex-prisonniers… Je ne connais pas toutes les autres adresses, mais en feuilletant les pages, je retrouve des codes postaux des USA, et des adresses en caractères cyrilliques, idéogrammes chinois.  

Une bouffée de gratitude m’enveloppe, chaude comme du fudge au chocolat coulé de la casserole.

— Oh, je comprends ce que vous faites, c’est fantastique! Merci, merci!

Il a l’air heureux, et les oiseaux pépient de plus belle.

— Oui, la mère Noël a même déniché des adresses de camps de prisonniers politiques.

Je me rembrunis. J’avais une année envoyé une boite de chaussures d’enfants à une organisme en en Afghanistan. Le paquet n’est jamais arrivé à destination. Porté disparu par Poste-Canada…

— Ouain, ben les gardiens vont tout intercepter.

Il me sourit.

— Ça va demander du doigté, jeune fille, certes, mais pour un gars qui se glisse dans des millions de cheminées ou de fenêtres en une seule nuit, y a rien là!

Son jeune fille me fait du bien, parce qu’il est sincère. On dirait que le bon grand-père me perçoit comme quand j’étais enfant.

Mais, juste un détail embête ma conscience écologique…

— Dites, ce serait pas moins polluant de faire la distribution avec votre traineau volant tiré par des rennes?

La, il pouffe de rire. Pas les ho-ho-ho, mais un joyeux wa-ha-ha-ha!

— Oh, mais un camion, c’est plus discret. Surtout avec tous ces drones qui tirent partout, même sur les oiseaux! Et puis, les lutins m’ont concocté un carburant bio.

Il repart le moteur, juste pour que je sente la bonne odeur de gingembre.  

Capiche? Qu’il me dit, d’un clin d’œil.

Je lui donne les directions pour sortir, de la rue, et lui suggère de réinitialiser son GPS. Ce qu’il fait : ses yeux s’allument en voyant la petit icone de chariot, et un joyeux ho-ho-ho! sort de ses lèvres.

— Je te remercie. Tu ne veux rien en échange?

Je regarde les oiseaux qui s’ébrouent, et je hume l’odeur de gâteau au chocolat de grand-maman, et des biscuits au de gingembre qui sortent du tuyau d’échappement.

Un auteur de ma connaissance, sur le point de mourir, avait écrit que sa plus belle découverte était de savoir qu’il possédait déjà tout ce qu’il fallait pour être heureux.

Moi aussi. Une toit sur ma tête, des êtres proches à chérir, un métier que j’adore.

— Vous venez de me donner mon cadeau, que je dis, les larmes aux yeux. J’n’ai pas besoin de rien d’autre.

— Bon, eh bien ça m’a fait plaisir de te parler, jeune fille. Embrasse ta famille pour moi.

Puis, le camion se met en branle, répandant sa bonne odeur de gingembre et chocolat derrière lui.  Je le suis des yeux jusqu’à que ses phares rouges disparaissent.

Je savoure le moment, sous les étoiles qui brillent sans concurrence de la Lune. Puis je me rappelle la glace à casser. Le repas à préparer. La table à mettre. Ma main se tend vers la pelle.

Et se fige.

Sous mes pieds, la dalle de béton est sèche. Sur tout le trottoir, la glace s’est évaporée : personne ne s’y cassera une hanche. Sur la rue, et les entrées de garage près de moi, l’asphalte a fait peau neuve, sans la moindre fissure. Le père Noël a songé aux municipalités écrasées par les dettes…

Merci, que je pense.

Pas de quoi, que je reçois.

Il tombe une neige à gros flocons magiques, qui recouvre seulement les parterres délaissés par les oiseaux. Je range la pelle dans le garage vide, puis je rentre.

Dès que je pousse la porte, une foule de bonnes odeurs m’accueille. Pommes de terre pilées, légumes, dinde-tofu aux canneberges…

La table est mise, la nappe nettoyée. On y a déposé les plus belles assiettes, celles rangées en haute altitude dans l’armoire. On dirait que la mère Noël a cuisiné un festin.

J’ai le goût de m’écrier, vous n’auriez pas dû! Mais, à ce moment, j’aperçois, — et ça me tire des larmes — ce qui trône au centre de la table, une grande assiette rouge ornée de feuilles de houx (des vraies, toutes fraîches) et des petites boules dorées.

Et, sur cette assiette, un gâteau digne de ma grand-maman, couvert d’un épais glaçage au cacao encore chaud avec, en son centre, une cerise, rouge comme une boule de Noël.

FIN

© 2019 Michèle Laframboise

Un conte aussi court que le Solstice!

Une histoire de solstice d'hiver pleine d'oiseaux et de générosité!

Courez lire Winter Pariah sur mon site d’auteure sérieuse ici, pour 7 jours seulement! Une histoire de solstice d’hiver pleine d’oiseaux et de générosité! Pour obtenir les 35 nouvelles écrites spécialement pour cette occasion, allez voir sur le site du Winter Holiday Spectacular 2019.

Pour les curieux, voici ce que Kris a dit.

Winter Pariah

Genre/Mood: quiet

For the actual solstice, I decided to give you “Winter Pariah,” a story that takes place in the thin light of the shortest day of the year. Michèle Laframboise takes us birding, something I have never done, and creates marvelous characters along the way.

Michèle writes in both English and her native French. She also illustrates much of her fiction. Multi-talented doesn’t begin to describe her.

Her award-winning fiction includes nineteen different novels (in both languages), and over forty-five short stories, three of which have appeared in Fiction River (and two reprinted in Fiction River Presents) with more to come.

She writes about birding quite often, including a series about Amanda Byrd (whom you will meet here). A collection of Byrd stories will appear shortly. Find out when, and view some bird pics at michele-laframboise.com.

Michèle is a bird watcher herself. In fact, the last time she was here in Las Vegas, she and another writer/birder discovered a part of the city I had never heard of, where they saw some birds (maybe even life birds) that I hadn’t heard of either.

I simply don’t have the patience to stand outside and wait. (I can hear my husband laughing right now.) I would have to bring a book, which defeats the entire purpose of watching.

So I’ll experience birding vicariously. On the page. Which is where I prefer to experience many things.

Enjoy this delicate little story on this, the shortest day of the year.

—Kris

Une petite sortie

Je m’entraîne pour un marathon dimanche prochain, ce qui ne m’empêche pas de passer toute ma journée pour regarder une sortie spatiale spéciale! Pour la première fois, deux femmes, Christina Koch et Jessica Meir, allaient compléter une réparation à l’extérieur de l’ISS.

On voit Christina qui s’affaire. Comment je le sais? Les barres rouges sur les jambes!
(Toutes les captures d’écran: gracieusetés de la NASA et de l’ISS)

Ce qui m’a impressionnée sur la station internationale, ce sont ces belles barre cuivrées pour s’attacher et circuler en sécurité (photo ci-bas). Chaque astronaute utilisait deux longs filins, et un ou deux courts. Chaque crochet avait sa couleur. Chaque outil avait son fil, aussi, donc pas de danger d’en perdre un, qui deviendrait un micrométéorite après… En tout moment, on s’arrime!

Notez le filin près des pieds. Les autres captures sont trop floues.

Les communications tissaient les liens pour assister les réparatrices. Beaucoup d’acronymes, et chaque tour de vis était précisé, chaque boulon numéroté.

L’entrée dans le sas, après sept heures… Je ne savais pas combien de réserves elles avaient! Notez le crochet à droite.

Les deux astronautes Christina Koch et Jessica Meir ont procédé à une sortie dans l’espace de 5h30 qui a finalement pris… 7h17 !!

Elles ont fait le remplacement si efficacement que la mission s’est prolongée pour procéder à une inspection visuelle de la station. On apprécie l’entraînement pour un scaphandre (pardonnez l’ancien nom, les nouveaux sont des acronymes) qui pèse 300 livres avec l’inertie qui va avec.

Mais ça a été long pour entrer dans le sas ! Juste les voir dégager toutes les traîneries, les filages, et manipuler la grosse porte (le hatch) pour la replacer (quoi? c’est pas attaché?) et la verrouiller m’a mise sur les nerfs. On est vraiment loin du cinéma…

Gros, gros soupir de soulagement quand les deux astronautes sont rentrées… (on voit les pieds qui dépassent de derrière le couvercle thermique).

D’ailleurs ces sorties ne sont pas sans dangers. Les astronautes vérifiaient mutuellement leurs tenues de sortie et leurs gants régulièrement, pour déceler des égratignures. Christina a trouvé une tache. Ça pourrait être une simple tache d’huile, mais… On ne veut pas risquer de contamination à l’intérieur de l’ISS. (Et ça va dans les deux sens: ne pas contaminer l’espace avec nos microbes.)

Une tache sur un gant? On prend pas’d’chance! Les gars ont vu le film Life eux aussi…

Dans les films de science fiction, la sortie par le sas semble toujours si simple!

Ici, le-dit sas était encombré de tellement d’affaires (vois la photo en bas) qu’en sortir et y rentrer après la mission de remplacement d’une batterie prenait plus d’une demi-heure. Et la batterie remplacée était hé-naurme et encombrante! Sans compter le pack de survie-et-de-propulsion dans le dos, gros comme un frigidaire ! Bref, un sas, c’est pas mal comme nos garages, plein d’affaires qu’on n’utilise pas souvent.

À la fin, rendu à 7 heures de sortie, je stressais pas mal plus qu’elles! Et enlever avec précaution les « frigidaires » sur le dos et les gants, a pris du temps.

Vraiment, un peu de ménage dans le sas ça ferait du bien! Mais bon, si on ne l’utilise pas souvent et que le volume à l’intérieur de l’ISS est limité…

Pour en savoir plus, le site de la NASA

Un peu de lecture? Je vous recommande chaudement ce livre de Mary Robinette Kowal, The Calculating Stars pour oublier le froid glacial des étendues intersidérales!

Courir… vers le sub-zéro déchets!

Atteindre le sub-zéro déchets, possible? Oui!

En ramassant les trucs recyclables qui traînent à terre. Ce que je fais pendant les longs parcours de mon entrainement de marathon! Généralement, je ramasse assez de bouteilles de canettes et autre trucs recyclables pour plus que compenser le demi-kilos de déchets par semaine qu’on produit chez nous.

Oui mais, dites- vous, les parcs ont des bacs de recyclage. Justement…

Les joies de la course écolo!

Michèle, l'écologiste consommée, ramasse tout en courant des cannettes et des bouteilles de plastique.

Ici je pourrais écrire « fin ». Tout est bien qui finit bien… (Avertissement aux âmes écolo-sensibles, la scène qui va se dérouler vous fera de la peine. Si.)

Michèle frappe une déception. le bac est rempli de crottes de chien!
Michèle frappe une déception. Le bac de recyclage est rempli de crottes de chien, ce qui contamine les contenants propres.

La technologie évolue, mais lentement…

Ben oui, beaucoup de gens croient à tort que les crottes de chiens (et les pelures de banane) vont dans les bacs de recyclage. Oh que nenni! La technologie pour composter tout la matière organique fécale n’est pas encore au point. On a aussi tout un méga problème de surplus d’azote dans l’eau usée qui nuit à la qualité d’eau des lacs et rivières.

Les centre de tri ont un problème de contamination parce que les gens, même de bonne volonté, jettent des trucs au hasard. (Ils ont aussi un problème de communication avec les gens qui pensent que la science c’est comme le cinéma, ça va tout régler en vite!)

Une bonne nouvelle concernant les crottes de nos compagnons, on a disposé dans quelques parcs des « chutes » juste pour les crottes de chien, surmontées d’un distributeur de petits sacs (gratuit). Et c’est plus facile de composter avec des adjuvants le carbone et l’azote des crottes.

Pendant mon long parcours d’entraînement (30 kilomètres dimanche dernier), je traîne un sac de plastique avec moi parce que c’est dans mon bac personnel que je sais que le contenu est 100% propre et recyclable. Et le sac de plastique? Je les ramasse aussi à terre! La plupart des sacs s’envolent depuis la grosse épicerie près de chez nous.

Avis aux ami-es qui font du zéro déchets, on n’y est pas encore, mais ça s’en vient. C’est comme une asymptote. Chez nous, il reste malheureusement des gros meubles comme le lit, qui sortiront un jour de la maison. Mais toutes mes chaises de jardins, la moitié de mes bibliothèques et deux de mes tables de chevet ont été ramassées sur le bord de la rue!

Les beaux secrets de Las Vegas (1)

Oui, Las Vegas, cette ville qui a fleuri au milieu du désert grâce à des sources cachées (le nom Las Vegas veut dire The Meadows), a la réputation que vous connaissez! Pourtant, depuis les années 1990, la ville « du péché » se tourne de plus en plus vers les familles.

Las Vegas a une mairesse, Carolyn Goodman, depuis 2011! Celle-ci a succédé à son mari Oscar (décédé) et poursuit des politiques progressistes. Le transport en commun est bien développé, entre autres.

Une vue iconique de Las vegas! Face à la Fremont Experience

Une vue iconique de Las Vegas! Face à la Fremont Experience

J’y ai séjourné pour une rencontre motivante d’écrivains. Pourtant, j’y ai découvert d’autres aspects moins connus et très positifs.

Cette semaine, j’ouvre avec des murales. Celle-ci se trouve derrière le restaurant Vegenation, dont je parlerai bientôt.

Une murale qui anime un triste stationnement!

Une murale qui anime un triste stationnement! Près de la 6e avenue

Une autre murale colorée, entourant le même stationnement.

2019-03-04 11.32.11muraleAllongee

Les endroits cachés:

Cette murale d’astronaute et de licorne n’est visible que depuis la ruelle!

2019-03-04 12.26.53muraleAstronaute

Une autre murale, commanditée par le bar.

2019-03-04 12.27.02muraleCachee

Les murales commanditées

Ci-dessous, une murale bien difficile à imiter! Les édifices de Las Vegas ont plusieurs murales géantes.

2019-03-04 17.42.48muraleGeante

Je ne les ai pas toutes mises. Il y en a des magnifiques sur le « Strip » mais je n’y résidais pas. Par contre, ce petit trompe-l’oeil nocturne est charmant!

2019-02-28 14.50.23trompeloeil

Cette magnifique murale a été maculée par un vandale (le sang rouge) mais on pourrait croire à un message sur la fragilité de la nature.

2019-02-28 14.52.49

Passons aux murales rebelles!

Surprise! Las Vegas c’est un endroit qui affiche des convictions sociales inattendues.

Corporate Welfare? Not a taker!

Corporate Welfare? Not a taker!

Cette jeune fille rose et rebelle semble tirer la langue à la police!

2019-03-04 12.30.17muraleFemmeRose

(je n’ai aucune idée de l’usage de cette machine blanche, je soupçonne qu’il s’agit d’un éclairage d’urgence.)

Un très beau graffiti! On peut voir que le visage de la femme se poursuit sur l’asphalte, un signe que l’artiste a été pointilleux. Les autres graffiteurs ont d’ailleurs (pour la plupart) respecté cette image!

2019-03-04 12.26.29murale

Le voyageur. J’avais pris une seconde photo sans le poteau, mais la réflexion du soleil a nui et presque effacé ce portrait si humain.

2019-02-28 14.49.46muraleHommeChapeau

Enfin, un peu de science-fiction classique!

2019-03-04 11.31.33murale

Un moment de beauté

La dernière journée à Las Vegas, je suis tombée pile sur cette murale pleine de beauté et de sérénité.

La plus belle murale de Las Vegas, selon moi

La sirène

Et où se situe cette merveille? Ici, derrière cet établissement dont la figure de proue est… une autre sirène!

2019-03-06 20.35.36-2sirenes

 

Voilà c’est assez pour cette semaine! Si vous avez d’autres belles murales de Las Vegas, partagez-les dans le fil de commentaires.

Bonne journée internationale des femmes!

2019-03-04 11.27.40muraleFearNoFate

Cette très belle image est sans doute une publicité de jeu, mais je trouve que Fear no Fate (j’avais lu Fear no Hate) est un message qui s’adresse à toutes!

 

Humour et amour font-ils bon ménage à la Saint-Valentin?

2019VALENTINsous ZERO_COVER_250

Comme Noël, la Saint-Valentin est une fête difficile à vivre pour les esseulés qui souffrent.  Certaines personnes plus sages vivent en solitaire par choix, mais quand on souhaite partager ses joies…

Ils nous reste l’amour des livres, des univers dans lesquels on peut se plonger avec délices. Hélas, des tonnes de romans d’amour nous déboulent dessus, qui célèbrent des amants physiquement parfaits.

Mais… quid des moins mignons et moins minces? Et que dire de nos hivers rigoureux qui nous enfouit sous la neige, comme tout récemment chez nous?

Un amateur de fantasy qui n’a rien d’un elfe guerrier, enfermé hors de son auto et en retard pour son rendez-vous «aveugle» de St-Valentin. Trahi par son GPS, Nick se met en route dans la tempête.

Une femme de cœur qui n’a rien d’une princesse avec la cicatrice qui barre son visage, sent ses espoirs s’évaporer à mesure que la neige s’accumule. Puis, Dell doit quitter son poste pour secourir sa gentille propriétaire. 

Nick et Dell parviendront-ils à se rencontrer? 

Une courte romance d’hiver qui réchauffe le cœur, racontée avec humour et tendresse par Michèle Laframboise.

Valentin sous zéro

978-1-988339-62-7 (ebook)
978-1-988339-63-4 (imprimé)

La version anglaise, ici!

 

La savante folle au Salon de Montréal

95 DamoclesBloc

Sans blague, venez me dire coucou au kiosque 100 (à l’entrée du Salon!)

Mon livre (pas jeunesse cette fois-ci!)

Mes séances (avec mon fantastique éditeur Les Six Brumes):

Mercredi 14 novembre 2018       15 h 00 17 h 00

Jeudi 15 novembre 2018              16 h 00 18 h 00

en après-midi, CAUSERIE au collège Marianopolis

Vendredi 16 novembre 2018       14 h 00 18 h 00

en soirée à 20h30: CAUSERIE entre les finalistes du prix des Horizons Imaginaires

Samedi 17 novembre 2018          13 h 00 17 h 00

Pour consulter le carnet de visite

Le site du Salon – accueil

Gaffes d’écriture: se peindre dans un coin!

2018MicheleSePeintCoin1000

Vous connaissez ce gag célèbre du gars qui paint tout le plancher… pour se retrouver pris dans un coin, entouré de peinture fraîchement appliquée?

Je ne sais pas si vous êtes comme moi, mais il n’y a pas une histoire où je ne commets pas cette gaffe… Même quand j’avais un plan établi! Et ce quel que soit le genre!

La dernière fois, j’ai tellement hésité que j’ai manqué la tombée d’un concours. Il s’agissait d’un truc de fantasy historique qui fonctionnait parfaitement… tant que je n’avais pas remarqué une erreur de 5 ans dans les dates!

Ciel! Que faire?

C’était vraiment casse-tête: ou bien je changeais la date et l’âge du perso principal, et l’intrigue tombait à plat. Ou je conservais l’erreur factuelle en choisissant arbitrairement l’année, et ça faisait une super-histoire.  (Le récit étant en soumission, je n’en parle pas davantage).

J’aurais dû faire plus de recherches. L’erreur m’aurait sauté en pleine face et ça aurait donné une autre histoire.

Je prépare avec joie une série de mystères historiques à la suite de Domus Justice, et dans ceux-ci, je me rends compte que — moi qui adore l’époque antique — j’avais pris des libertés avec les plans de la Domus (maison) en question. D’ailleurs ce n’est pas clair à cette époque où étaient situées les toilettes, hum!

Donc dans les histoires subséquentes, après sérieuse re-étude des plans, j’ai vu que j’ai mal placé l’autel des Lares, dans un coin du jardin arrière. Ciel que faire?

Dans ce cas précis, j’ai pris la décision de ne rien changer à mon texte concernant cet emplacement… et de faire plus attention la prochaine fois!

Dans du récit historique il faut « faire ses devoirs » ! Mais attention de ne pas étirer indéfiniment ce temps de recherche…

Aller du point A au point B....

S’emberlificoter dans ses pistes!

Je patauge aussi dans l’écriture d’un roman policier (techniquement, un mystère) et j’ai vu que j’ai envoyé mon héroïne timide deux fois au même endroit. Ça me permettait d’intercaler une superbe séquence au centre du roman… Et de faire avancer l’enquête car elle découvre un détail spécial.

Mais, ce que mon héroïne sait déjà en revenant à cet endroit pour la deuxième fois casse un peu la progression de la tension.  En plus, j’ai tendance à multiplier les oppositions quand une seule ferait l’affaire.  Bref, en ai-je trop mis, diluant le danger? Ah, la, la… Je ne suis pas sortie du bois!

Dans un roman policier/polar/suspense où tous les détails doivent converger vers une résolution forte, me peindre dans un coin (alors que j’avais fait un plan, je le rappelle!) relève de la catastrophe.

Je me suis emberlificotée dans mes pistes, en rajoutant du motif (en veux-tu, en v’la!) pour être certaine que l’assassin avait une assez forte raison pour passer à l’acte!

Je n’ai pas résolu ce problème, aussi je travaille sur une autre création tout en laissant mon subconscient créatif chercher la solution.

 

Comment l'auteure se tire de ce mauvais pas...

Et vous?

Quand vous êtes-vous peint dans un coin? Un plan vous a-t-il aidé-e?

Parlant de pistes… gluantes, je prépare un recueil de nouvelles policières mettant en scène des… escargots ! Le jardin est un endroit fort dangereux!

Pour goûter à la première nouvelle, procurez-vous le Fiction River 27 : Justice!  édité par Kristine Kathryn Rusch

Un Solaris 207 punché!

solaris207-255x400

Ma nouvelle Un voeu sur l’Araignée est de la SF bien dure (toc-toc!) mais je suis bien entourée par un récit punché d’anticipation féministe très paradoxal de Luc Dagenais, et des auteur-e-s de talent (dont je n’ai pas fini de lire tous les textes). J’ai eu droit à une illustration de Laurine Spehner, une dessinatrice que j’admire (la revue l’a imprimée dans le mauvais sens, cependant!)

Un voeu sur l’araignée explore la réalité d’être un jeune vivant dans un vaisseau-génération. Mes p’tits neurones d’auteure de SF ont eu bien du plaisir à jouer avec les détails de la vie, comme celui-ci:

« les objets traversaient un cycle de naissances, de morts et de renaissances  qui leur conféraient une teinte morne variant du vert moisi au brun poussière. » 

Élisabeth Vonarburg nous offre un témoignage-réflexion émouvant sur Ursula K. Le Guin. Merci Élisabeth de nous rappeler sa mémoire. Pour mémoire, voici le lien qu’Élisabeth nous offre, Ursula lisant un texte en 2007 (pas d’image, environ 8 minutes) « She unnamed them ». Beaucoup d’humour, quand on comprend qui est ce « she« .

Pour en savoir plus

Pour acheter Solaris numéro 207!

Image

Les accidents arrivent toujours aux gens pressés!

Les accidents arrivent toujours aux gens pressés! Michèle Laframboise glissant sur un trottoir mouillé

Les accidents arrivent toujours aux gens pressés!

Cette citation vient d’un personnage de mes livres, la mère d’Armelle, la narratrice timide de mon roman  Piège pour le Jules-Verne. Idem pour l’impatience au volant…

Pour la journée nationale de prévention des blessures... le 5 juillet 2018

 

Excursion estivale

AscensionMontGrognonPascaleMicheleGris1000

Parfois en fouillant dans les boules à mites, on trouve des BD qui ont été publiées à faible échelle. Pascale est ma bonne amie dans la vraie vie et compagne d’aventure dans les deux albums de BD Technologie Salvatrice! 

J’ai toujours adoré l’escalade, et en ai pratiqué en solitaire dans ma folle jeunesse. L’ascension du Mont Grognon (nom fictif) à cheval sur la frontière Canada USA a été inspirée par une excursion réelle dans les Appalaches qui date du temps où notre belle piasse canadienne était au pair avec l’américaine…

J’ai vraiment descendu (et remonté) une échelle de métal aux barreaux enfoncés dans le roc dans le canton du Valais, en Suisse. Ca faisait partie de la Haute route du Valais, en partant d’Arolla.

J’avais un tel vertige en regardant le glacier et la rocaille en bas que j’ai hésité avant de m’engager. Puis je me suis dit, si je ne le fais pas maintenant, je vais le regretter longtemps…

Le Pas de la chèvre donnait accès à un glacier. Dans le lien, les échelles, que j’ai empruntées avec trépidation voici quelques 25 ans, ont été rénovées !