Archives de Catégorie: Écriture

Encore prise dans un vortex temporel! (Les joies de la recherche)

La savante folle, témoin du temps compressé!

Je l’ai encore fait!

Je fais des recherches pour un roman de SF en préparation (je garde les détails sous embargo pour l’instant) et, naviguant d’un site fascinant à l’autre, puis à l’autre, je me suis aperçue que mon après-midi d’écriture était tombé dans le terrier du lapin pressé, celui dans le conte Alice au Pays des Merveilles! Ou dans un vortex temporel, dans lequel le temps s’était comprimé, passant trop vite!

Je ne sais pas si ma formation scientifique aggrave cet exploit. Je suis titulaire d’une maîtrise en géographie physique, et tant d’aspects de la macro-écologie retiennent mon attention!

De plus, les préoccupations quotidiennes pénètrent mon mode Sérieuse Écrivaine. Depuis la surutilisation de plastiques à usage unique qui apparaissent dans les endroits les plus reculés ou au fond des océans, aux déchets générés par mes propres stylos jetables (merci Pentel et ses plumes rechargeables!), au prochain décompte des oiseaux du Great Backyard Bird Count, et la promotion de mon court livre réconfortant Valentin Sous Zéro

Donc, tous ces petits morceaux s’accumulent comme un processus d’agrégation de planète, diluant ma concentration.

Et quand je lève la tête, il est déjà 16h00…

L’iceberg

Comme je l’ai mentionné dans un autre article, la plupart de mes notes de recherches ne se retrouveront jamais dans le roman que vous lirez l’an prochain. Certains détails, si je ne peux pas les placer dans le roman, apparaîtront, fortement résumés, dans une ou deux nouvelles qui explorent le même univers.

Ce que je ne ferai PAS, c’est d’intégrer toutes ces friandises minutieusement rassemblées dans le roman lui-même, sous la forme d’un lourd bloc expositoire (info dump ), ou à travers une explication assez longue d’un personnage secondaire qui sera tué dans le chapitre suivant (grrrr!)

Il faut voir la recherche comme la partie cachée d’un iceberg. Ce qui flotte au-dessus sera le livre sur lequel le-la lectrice prend pied. Si vous tentiez de tirer une plus grande masse de l’iceberg au-dessus du niveau de l’eau, comme je l’ai fait dans mes premiers livres (heureusement Daniel Sernine, mon éditeur de l’époque, l’a repéré!), vous vous retrouveriez avec un ensemble de détails indigestes qui alourdissent l’histoire- récit.

Oui, j’étais l’une de ceux et celles très capables de partager tous ces détails mignons!

Oui, il est tellement tentant de faire s’arrêter vos personnages sur une crête et de décrire le paysage merveilleux qui se déroule devant eux, dans des détails atroces, sur deux ou quatre pages! La lecture sera plus agréable avec une description plus courte et percutante, comme celle-ci, tirée d’un projet en cours:

Les dunes formaient un grand bassin de sable cerné par les flancs crevassés de montagnes en perpétuelle dispute. Celles-ci, âpres et dures comme la vie, se tordaient pour s’élever plus haut, toujours plus haut, une dispute géologique commencée des éons plus tôt.

La plus grande partie de votre iceberg doit demeurer sous l’eau!

La solution n’est pas la dilution!

Effectuer une recherche efficace, sans diluer son attention, c’est le Graal de tous!.

Une solution pour mieux gérer son temps est de faire la recherche après avoir atteint un son objectif de mots pour la journée. C’est la méthode de l’auteure Kristine Kathryn Rusch pour limiter son temps passé en recherche. Elle parvient également à faire ses recherches avant d’écrire le roman, alors qu’elle termine le livre précédent.

Ce n’est pas la méthode de son mari, Dean Wesley Smith, qui fait ses recherches pendant qu’il écrit, parce que des informations sympas vont influencer son récit. Je sais que ça m’est arrivé de changer le cours d’une nouvelle pendant la recherche.

Une solution évidente est de limiter le temps passé sur les plateformes sociales. Ou bien retirez-vous complètement des médias sociaux pendant la période de production intense, comme Julie E. Czerneda. Remède de cheval!

Personnellement, j’utilise une minuterie. Parfois, le temps ne suffit pas et j’ajoute une minute, deux… Pas tout à fait au point, ma méthode!

Ou j’utilise cette expérience comme carburant léger pour écrire un article de blog.

Des sources utiles

Je recommande ce bouquin de mon confrère Dominique Bellavance Comment écrire plus: 50 conseils d’auteur pour maximiser vos séances d’écriture, qui présence de façon très joyeuse les défis de productivité. Il contient quelques conseils sur les facons d’éviter les distractions!

J’utilise beaucoup aussi (en anglais, hélas!) le livre de Kristine Kathryn Rusch, The Pursuit of Perfection, qui déboulonne l’obsession de perfection. En gros: le désir de perfection peut vous faire « staller » indéfiniment et couler. Ce problème mériterait à lui seul son article de blog!

Un pic pour le Pitch!

Couverture du Galaxies 60
Le numéro 60 de Galaxies

Ma nouvelle, Pitch de vente aux Archétypes, publiée dans Galaxies 60, est finaliste (première sélection, catégorie nouvelles francophones) au Grand Prix de l’imaginaire 2020 !

J’avais publié deux textes assez forts cette année dans la revue Galaxies (site de la nouvelle collection); je suis touchée de voir qu’un des deux se retrouve dans cette sélection européenne.

Le thème de ce numéro de Galaxies était « terraformer la Lune. »

Une courte liste!

Voici les autres 6 finalistes de cette liste vous y retrouverez mon confrère Jean-Louis Trudel, très méritant!

C’est quand même ma rencontre avec Jean-Louis en 1994 à la librairie Nébula qui m’a donné l’impulsion d’écrire dans ce domaine. Si un jour je gagne le prix Hugo il va être parmi les premiers que je mentionnerai dans mon discours d’acceptation!

(Oui, je suis optimiste…)

Pitch de vente aux Archétypes de Michèle Laframboise (in Galaxies n° 60)

La Longue patience de la forêt de Christian Léourier (in Bifrost n° 93)

Helstrid de Christian Léourier (Le Bélial’)

Le Vieillard, l’enfant et la cuillère pensante de Denis Roditi (in Solaris n° 212)

Faites comme si vous étiez morts (recueil) de Sammy Sapin (L’Arbre vengeur)

Dans la nécropole troyenne de Jean-Louis Trudel (in Galaxies n° 57)

Pourquoi votre soutien est important…

Lors de mon premier marathon, les bénévoles sur la route!

Écrire c’est comme entreprendre un long marathon, mais en solitaire! Ça fait toujours du bien, alors, de savoir son travail apprécié. Voir son texte apparaître en si bonne compagnie imprime un élan, une petite tape d’encouragement sur l’épaule.

Une nomination apporte un court pic de visibilité. Mais ce qui aide encore plus les auteurs, c’est de laisser votre marque d’appréciation des livres que vous avez lus. Sur votre blogue, ou sur des sites de lecture comme Goodreads.com.

La science fiction a une pointe de tarte de lecteurs et lectrices plus étroite que, disons les romance ou les romans policiers. Et peu de librairies en ligne vont les placer en évidence sur leur « vitrine » (à moins de payer!)

Et ça fonctionne aussi pour les critique négatives! Car si vous donnez les raisons précises pour lesquelles un livre ne « fonctionne » pas pour vous, ça peut constituer un élément attirant pour une autre personne!

Conte de Noël de la Savante folle

Je casse la glace durcie sur l’entrée de garage.

Ma pelle fait un vacarme dont l’écho se répète, des clangs si fort que j’ai surement réveillé tout le quartier. Enfin, ceux et celles qui ne se déplacent pas au travail. La température tourne autour du zéro Celsius, mais le vent refroidit tout.

Si, au moins, le soleil réchauffait la surface de la veille asphalte toute fissurée, la glace fondrait par elle-même. Mais non, les nuages gris l’ont mangé tout cru.

J’en veux à cet hiver capricieux qui ne se décide pas : un jour il tombe 30 cm de neige, le suivant tout fond, mais pas complètement. La nuit d’après, regel, créant des patinoires partout. Pas étonnant que la rue se crevasse et les trottoirs se fissurent!

Et comme l’entrée du garage de mes voisins est en pente, zzzoup!

D’où ce travail de forçat. Alors que je devrais cuire la dinde-tofu, piler les patates, finir le gâteau au chocolat qui ne sera qu’un pâle reflet de ceux que grand-maman faisait, et mettre la table pour le moment où le mari et le fils reviendront de leur expédition de dernière minute en magasin. Et placer les plus beaux couverts, les assiettes perchées en haute altitude dans les armoires de cuisine.

Puis, j’ai pensé à ma voisine qui s’est cassé la hanche lors d’une mauvaise chute. Elle n’est pas beaucoup plus vieille que moi, et son mari s’est donné un tour de rein. Je suis en forme, un privilège, donc je bûche à leur place.

Des fois je me dis que c’est tellement stupide, de risquer la crise cardiaque pour entretenir le chemin d’une voiture polluante, et les trottoirs, dont les dalles brisées menacent les marcheurs. Sans oublier les entrées des maisons, pour faciliter le passage des humains et du facteur.

Parlant de facteur, justement, le facteur vent vient de glacer la coulée de sueur sur mon dos. Irrégulier, le vent ne souffle plus dans la même direction, dévié par tant d’édifices. J’aurais dû m’habiller davantage, mais quand j’empile trop de couches, je sue à grosses gouttes.

Si seulement l’hiver pouvait se décider! Rester au-dessus, ou en-dessous du zéro, mais pas cette valse de gel-dégel qui use l’asphalte tellement plus vite qu’avant! Et qui use la patience aussi…

Le soir tombe trop vite, laissant la place aux lumières de Noel, des rivalités multicolores augmentées par les prouesses techniques. Je ressens un peu de jalousie, mais j’aime ces lumières qui offrent aux passants pressés une gâterie visuelle.

Le monde est sombre et dur. Alors, un peu de lumière, les bleues et vertes et blanches surtout, réchauffent l’âme.

J’arrête mon mouvement de casse, l’écho de mon dernier coup de pelle à glace résonne longtemps. Une fragile bulle de silence s’étend sur la rue déserte.     

Mon souffle condensé crée un nuage qui disparaît trop vite.

Le silence, dans une ville, est un trésor à chérir. Je tends l’oreille, espérant surprendre un pépiement de mésanges, le twip d’un moineau fâché, le craquement de la couche de neige durcie foulée par les pattes d’un chat ou d’un lapin.  

Mais le seul bruit que j’entends est le froissement d’une enveloppe sur laquelle je viens de piler. Une enveloppe intouchée, évadée avec la complicité du vent d’un camion de recyclage. Les boules de Noël et des branches de houx entourent un message trop familier en ces temps de réjouissances : Donnez généreusement!

À mon avis, inscrire Donnez généreusement, ou Urgent!!! Nous avons besoin de vous, avec un excès de points d’exclamation est une erreur stratégique qui conduit cette enveloppe au panier de recyclage.

Je ne vais pas jeter la pierre à mes voisins. Depuis que les organismes de charité se passent nos listes d’adresses, c’est vingt, trente enveloppes Donnez généreusement que je reçois, juste parce que j’ai oublié de cocher une minuscule case cachée dans un paragraphe en petits caractères.

Cette pression accrue me porte au découragement.

Oui, donnez généreusement, pendant que les grands de ce monde mettent à pied des hommes et des femmes ou manigancent pour diminuer leurs rentes de retraite, pendant que leurs avoirs personnels gonflent sans cesse. Et ces mêmes grands poseront leur main sur le cœur dans les galas de charité, tandis que l’autre main se glisse dans celle du premier ministre qui réduira encore leur part d’impôts à payer avec des entourloupettes légales. Ensuite, le premier ministre ouvrira ses mains vides en disant « voyez, nous n’avons plus d’argent… »

Au milieu de tous ces spéculateurs sur nos dettes, qu’est-ce qui reste à cette fameuse classe moyenne qui rétrécit sans cesse? Les dons chutent, année après année, même avec la promesse d’un généreux donateur anonyme qui va doubler ou tripler votre don.

Tant de nous peinent à joindre les deux bouts, toujours à une maladie, un accident, une mise à pied de se retrouver à la rue…

Clanggg!

Ma pelle brise une coque de glace qui aurait fait chuter mes plus fragiles voisins.

Briser de la glace, c’est difficile, aussi difficile que de mettre à jour les racines de la corruption. En été, je compare la lutte à la corruption à l’arrachage des profondes racines de plantes envahissantes.

Une autre enveloppe me fait de l’œil, coincée sous la glace. Toute rouge, avec les mêmes boules de Noël et les branches de houx. Juste le message est différent.

Vente-éclair de Noel, Trouvez vos cadeaux ici, 50% de rabais…

L’autre face du temps des Fêtes apparaît. Eux aussi, les commerçant et assureurs et banques offrant des cartes de crédit pré-approuvées à des taux incroyables…

Consommez, consommez!

Donnez, donnez!

Et surtout ne dérangeons pas les généreux spéculateurs qui se donnent des claques dans le dos à Davos en faisant semblant de se désoler pour la crise climatique à laquelle ils ont largement contribué.

Tant pis. Cette année, j’ai délaissé les magasins et décidé de donner ce que je pouvais. Nourriture, vêtements, objets de cuisine, livres pour nourrir les rêves…  

Un autre son s’élève.

Pas l’auto d’un des voisins-qui-travaille-loin et qui rentre d’un boulot qui va s’évaporer l’an prochain dans une énième réorganisation. Un léger tintement de clochette, à des lieues du claquement rageur de ma pelle. Un chœur de voix, doux comme le vent qui souffle moins fort.

Un instant, la magie du surnaturel baigne mon âme.

Puis un ronronnement familier de moteur diesel, pas écologique du tout, brise la magie. Les faisceaux de deux phares rouges balaient le trottoir que je déglace avec zèle.

Je me retourne, avec une forte envie de déverser mes frustrations de donatrice/consommatrice épuisée.

Le chœur provenait d’un radio de camion, un gros Mack à 18 roues qui traîne une longue semi-remorque marquée d’un logo peu familier avec, oui, une branche de houx et une boule de Noël. Un mastodonte de cette taille n’aurait pas pu s’engager dans une étroite rue résidentielle. Une bonne odeur de gingembre épicé me chatouille les narines.

Un visage avec un collier de barbe se penche par sa fenêtre ouverte de laquelle se déverse le chœur.

 — Excusez, dit-il, je me suis perdu.

Sa voix graveleuse trahit un âge dans la soixante-dizaine avancée, que confirme la barbe blanchie par les soucis qui tombe par-dessus son devant d’anorak rouge.

Un autre vieux qui a perdu sa retraite et qui doit travailler jusqu’à la fin de ses jours, tant qu’il pourra. Non, c’est son chemin qu’il a perdu. Et comme les camionneurs sont sur la clock, comme on dit, je range ma mauvaise humeur au fond de ma poche, avec les enveloppes, et plante ma pelle dans un précaire banc de neige.

— Vous voulez aller où?

Le camionneur se tourne pour couper le moteur diésel. Le silence retombe. Un bon point contre le gaspillage, me dis-je.

Il gratte la tête sous son bonnet.

— Eh bien, c’est un peu compliqué, depuis que mon dernier GPS a pris sa retraite…

— Pris sa retraite? Il est plus chanceux que moi!

Oupse! J’ai encore parlé trop vite. Un bout noir de langue de vipère de mauvaise humeur dépasse de ma poche. 

— Désolée, dis-je, je suis un peu comme vous, je travaille comme pigiste. Donc je n’ai pas de retraite en vue.

Il sourit, et ça change sa physionomie.

Je veux dire, le monsieur n’a pas un sourire Colgate plus blanc que blanc avec des gencives plus rouges que son anorak. Ses dents ont une belle patine, ivoire comme une vieille défense d’éléphant, mais il y a comme une lumière cachée dans sa bouche qui monte jusque dans ses yeux, d’un bleu pâle comme la glace sans cochonneries prise a l’intérieur. Et cette lumière, cette chaleur, fait disparaitre la coulée de sueur dans mon dos, tandis que les grands de ce monde rapetissent jusqu’à l’insignifiance.

C’est à ce moment que je m’aperçois qu’il m’a parlé en français, alors que j’habite un quartier anglophone de la région de Toronto. Comment pouvait-il deviner ma langue de fière franco-ontarienne?

— C’est quelle marque, votre GPS? Un Garmin, un Tom-tom?

— Non, c’est un Rudolph-2.

— Je connais pas la marque.

— Ouain, ben le premier était meilleur, mais il a pris sa retraite.

C’est dit sur un ton tellement bonhomme que je ne relève pas l’incongruité. Je me de dis qu’il doit être bien solitaire dans son métier, un peu comme Serge Bouchard dans ses monologues du camion. Alors je lui pose une question « bonne-femme ».

— Et qu’est-ce que vous transportez?

Il pointe sa main vers l’arrière.

— Des cadeaux.

Juste à ce moment, une chaude effluve de gâteau au chocolat me caresse l’odorat. Je me sens redevenir minuscule aussi, transportée chez ma grand maman qui sort du four son gâteau nappé de glaçage au chocolat, puis dépose au centre une cerise au marasquin. Je m’ennuie tellement de ma grand-maman.

Puis je reviens au présent. S’il transporte de la bouffe…

— Rien de périssable, j’espère?

— Oui, mais ça va se garder. Je dois livrer ça cette nuit.

Il y a des moments, dans certaines histoires, où on qualifie un personnage de genre-blind. Par exemple, des jeunes dans une maison hantée, qui se séparent « pour couvrir plus de terrain », alors que c’est un poncif de film d’horreur que tout le monde connaît. Ou une jeune femme dans un demeure aussi vide que victorienne, qui a entendu un bruit venant la cave, et qui y descend, seule dans sa nuisette transparente… Bon, ce genre d’aveuglement, ou de dissonance cognitive.

Mon cerveau n’avait pas encore relié les points, surtout avec les enveloppe de sollicitation dans ma poche.

Je m’adresse au monsieur barbu, mais je « hedge mes bets » en me gardant une prudence.

— Vous êtes comme un Père Noël, alors! que je dis.     

Je lui offre mon plus beau sourire de dents ivoires, mais bien soignées par le dentiste.

Les oiseaux pépient dans mon dos. Je me tourne la tête, il y en a toute une volée, un rêve d’ornithologiste du grand décompte de Noël.

Des cardinaux, plus rouge que rouge avec leur dames plus discrètes, au plumage beige et rouge. Des mésanges à tête noires taquines, des juncos qui ont l’air d’avoir mis un costume chic gris et blanc, des geais bleus, et d’autres que je n’ai pas le temps d’identifier. Même un faucon pèlerin s’était posé sur une branche, étonnamment indifférent à tous les petits repas potentiels qui piaillaient à portée de serres.

 Je me retourne. J’avais peur que le camion disparaisse comme dans les contes, mais le camionneur de Noel est toujours là, une main sur le volant, à contempler lui aussi l’assemblée d’oiseaux. Peut-être qu’on s’est tous trompés collectivement, et que Saint-François d’Assises se cache sous cette barbe.

Personnellement, je n’ai rien contre.

— Oui, il admet. Et je dois livrer les cadeaux à une série d’adresses.

Il me tend d’une main gantée une pile de papiers d’imprimante matricielle. Il doit y avoir des centaines de feuille pliées avec les petits trous. Sur le dessus, une adresse.

Pas la mienne.

Mais de quoi je me plains, vivant dans un bon quartier, dans un pays en paix?

Puis j’allume : la première adresse est celle d’un centre de distribution de nourriture et de vêtements.  À cause des grands de ce monde, plus de familles peinent à survivre, et les dons baissent. Alors, quoi de plus naturel que le Père Noel change sa route?

 En-dessous, je reconnais d’autres adresses, un refuge pour jeunes dans la rue, une maison pour femmes en difficulté, une maison de transition pour ex-prisonniers… Je ne connais pas toutes les autres adresses, mais en feuilletant les pages, je retrouve des codes postaux des USA, et des adresses en caractères cyrilliques, idéogrammes chinois.  

Une bouffée de gratitude m’enveloppe, chaude comme du fudge au chocolat coulé de la casserole.

— Oh, je comprends ce que vous faites, c’est fantastique! Merci, merci!

Il a l’air heureux, et les oiseaux pépient de plus belle.

— Oui, la mère Noël a même déniché des adresses de camps de prisonniers politiques.

Je me rembrunis. J’avais une année envoyé une boite de chaussures d’enfants à une organisme en en Afghanistan. Le paquet n’est jamais arrivé à destination. Porté disparu par Poste-Canada…

— Ouain, ben les gardiens vont tout intercepter.

Il me sourit.

— Ça va demander du doigté, jeune fille, certes, mais pour un gars qui se glisse dans des millions de cheminées ou de fenêtres en une seule nuit, y a rien là!

Son jeune fille me fait du bien, parce qu’il est sincère. On dirait que le bon grand-père me perçoit comme quand j’étais enfant.

Mais, juste un détail embête ma conscience écologique…

— Dites, ce serait pas moins polluant de faire la distribution avec votre traineau volant tiré par des rennes?

La, il pouffe de rire. Pas les ho-ho-ho, mais un joyeux wa-ha-ha-ha!

— Oh, mais un camion, c’est plus discret. Surtout avec tous ces drones qui tirent partout, même sur les oiseaux! Et puis, les lutins m’ont concocté un carburant bio.

Il repart le moteur, juste pour que je sente la bonne odeur de gingembre.  

Capiche? Qu’il me dit, d’un clin d’œil.

Je lui donne les directions pour sortir, de la rue, et lui suggère de réinitialiser son GPS. Ce qu’il fait : ses yeux s’allument en voyant la petit icone de chariot, et un joyeux ho-ho-ho! sort de ses lèvres.

— Je te remercie. Tu ne veux rien en échange?

Je regarde les oiseaux qui s’ébrouent, et je hume l’odeur de gâteau au chocolat de grand-maman, et des biscuits au de gingembre qui sortent du tuyau d’échappement.

Un auteur de ma connaissance, sur le point de mourir, avait écrit que sa plus belle découverte était de savoir qu’il possédait déjà tout ce qu’il fallait pour être heureux.

Moi aussi. Une toit sur ma tête, des êtres proches à chérir, un métier que j’adore.

— Vous venez de me donner mon cadeau, que je dis, les larmes aux yeux. J’n’ai pas besoin de rien d’autre.

— Bon, eh bien ça m’a fait plaisir de te parler, jeune fille. Embrasse ta famille pour moi.

Puis, le camion se met en branle, répandant sa bonne odeur de gingembre et chocolat derrière lui.  Je le suis des yeux jusqu’à que ses phares rouges disparaissent.

Je savoure le moment, sous les étoiles qui brillent sans concurrence de la Lune. Puis je me rappelle la glace à casser. Le repas à préparer. La table à mettre. Ma main se tend vers la pelle.

Et se fige.

Sous mes pieds, la dalle de béton est sèche. Sur tout le trottoir, la glace s’est évaporée : personne ne s’y cassera une hanche. Sur la rue, et les entrées de garage près de moi, l’asphalte a fait peau neuve, sans la moindre fissure. Le père Noël a songé aux municipalités écrasées par les dettes…

Merci, que je pense.

Pas de quoi, que je reçois.

Il tombe une neige à gros flocons magiques, qui recouvre seulement les parterres délaissés par les oiseaux. Je range la pelle dans le garage vide, puis je rentre.

Dès que je pousse la porte, une foule de bonnes odeurs m’accueille. Pommes de terre pilées, légumes, dinde-tofu aux canneberges…

La table est mise, la nappe nettoyée. On y a déposé les plus belles assiettes, celles rangées en haute altitude dans l’armoire. On dirait que la mère Noël a cuisiné un festin.

J’ai le goût de m’écrier, vous n’auriez pas dû! Mais, à ce moment, j’aperçois, — et ça me tire des larmes — ce qui trône au centre de la table, une grande assiette rouge ornée de feuilles de houx (des vraies, toutes fraîches) et des petites boules dorées.

Et, sur cette assiette, un gâteau digne de ma grand-maman, couvert d’un épais glaçage au cacao encore chaud avec, en son centre, une cerise, rouge comme une boule de Noël.

FIN

© 2019 Michèle Laframboise

Un conte aussi court que le Solstice!

Une histoire de solstice d'hiver pleine d'oiseaux et de générosité!

Courez lire Winter Pariah sur mon site d’auteure sérieuse ici, pour 7 jours seulement! Une histoire de solstice d’hiver pleine d’oiseaux et de générosité! Pour obtenir les 35 nouvelles écrites spécialement pour cette occasion, allez voir sur le site du Winter Holiday Spectacular 2019.

Pour les curieux, voici ce que Kris a dit.

Winter Pariah

Genre/Mood: quiet

For the actual solstice, I decided to give you “Winter Pariah,” a story that takes place in the thin light of the shortest day of the year. Michèle Laframboise takes us birding, something I have never done, and creates marvelous characters along the way.

Michèle writes in both English and her native French. She also illustrates much of her fiction. Multi-talented doesn’t begin to describe her.

Her award-winning fiction includes nineteen different novels (in both languages), and over forty-five short stories, three of which have appeared in Fiction River (and two reprinted in Fiction River Presents) with more to come.

She writes about birding quite often, including a series about Amanda Byrd (whom you will meet here). A collection of Byrd stories will appear shortly. Find out when, and view some bird pics at michele-laframboise.com.

Michèle is a bird watcher herself. In fact, the last time she was here in Las Vegas, she and another writer/birder discovered a part of the city I had never heard of, where they saw some birds (maybe even life birds) that I hadn’t heard of either.

I simply don’t have the patience to stand outside and wait. (I can hear my husband laughing right now.) I would have to bring a book, which defeats the entire purpose of watching.

So I’ll experience birding vicariously. On the page. Which is where I prefer to experience many things.

Enjoy this delicate little story on this, the shortest day of the year.

—Kris

"C'était mieux avant…"

Que j’entends dire, généralement par des vieux monuments blanchis par l’âge, généralement qui bénéficient d’une grande popularité ou d’une réputation de génie. Première page du Devoir, par un écrivain célèbre qualifié de libre-penseur* : c’était mieux avant…

Les mêmes et leurs fans répètent aussi « On ne peut plus rien dire, bordel! » ou « politiquely correct, politiquely correct » en pointant du doigt, les femmes qui osent dénoncer les agressions verbales et physiques dont elles ont été victimes.

Non seulement assiste-t-on à un déni de responsabilité, mais on déplore une certaine époque « où c’était mieux avant »…

Surprise! Je partage l’opinion de ces messieurs.

OUI, c’était mieux avant… pour vous!

Une micro-agression somme toute banale… pour les autres, autour de 2010.
L’apparence et les noms ont été changés parce que les témoins croient encore que c’est moi qui exagère !

C’était mieux avant pour les agresseurs célèbres protégés par leurs murs d’argent, qui pouvaient tout faire ou presque, et qui le font encore ouvertement! En plus de poursuivre leurs victimes pour diffamation!

C’était mieux également pour les petits harceleurs au quotidien, comme:

Des collègues de travail qui trouvaient normal de commenter mon apparence ou ma tenue vestimentaire, ou d’avoir les mains baladeuses.

Un « mon oncle » qui m’embrasse direct sur la bouche à la première présentation, sans mon consentement, alors que les témoins trouvent ça très drôle. (Illustration)

Les gangs d’ados attardés qui te crient des noms dans la rue (mais seulement aux femmes seules)

La dizaine d’ados de 14 ans qui sourient quand l’un d’eux me bouscule d’un coup d’épaule, sur un trottoir en pente, dans le but de me voir rouler à terre. (J’étais plus solide que l’ado le croyait). Je lui ai souhaité bonne chance pour te faire des amis!) Les deux filles de la gang n’ont rien dit.

Un concierge qui rôdait autour de moi quand je travaillais seule au laboratoire les soirs, lors de ma première maîtrise.

Des confrères étudiants qui me regardaient de travers quand je commentais leur attitude sexiste, ou bien criaient haut et fort à l’offense: « tu exagères » « tout le monde le fait » ou un en particulier: « tu voudrais que je sorte avec une grosse avec un bouton sur le nez habillée en costume de motoneige! » (Il avait le mérite de la précision, et de la consistance puisqu’il répétait exactement la même phrase au cours des années).

Pour l’épais qui rentre sa main dans la fenêtre ouverte de l’autobus arrêté pour m’agresser. Il m’a pas touchée car je me suis reculée, mais il avait l’air tellement fier avec sa gang.

OUI, c’était mieux avant…

La bédéiste invisible

Quand Liberté était une marque de yogourt, ou un idéal lointain, et non un cri de ralliement pour les épais qui se liguent pour défendre une vedette contre une femme qui a osé dénoncer le harcèlement subi pendant des années.

Avant les tueries de masse qui visent des femmes, et qui visent aussi des groupes de personnes marginalisées: les races non-caucasienne, des gais, lesbiennes, jeunes activistes… Et qui refusent de se taire.

Avant que l’expression rectitude politique (political correctness) n’envahisse les ondes pour faire taire les femmes et les opposants à la discrimination profondément enracinée.

Avant, quand les femmes artistes étaient invisibles

NON, c’est mieux aujourd’hui

Procéder à un bon lavage de préjugés fait du bien!
lavage de préjugés!

Car on peut dire et nommer plus de choses qu’avant.

On peut nommer les formes d’abus de pouvoir engendrés par la corruption, le sense of entitlement, et les formes d’agressions qui en découlent;

On nomme maintenant le trouble de stress post-traumatique, on connaît les symptômes pour les vétérans qui sursautent au moindre bruit.

On nomme aussi le psychotrauma et la sidération psychologique qui explique que des victimes violentées restent sans réaction pendant une agression (ce qui, évidemment, est perçu comme un consentement.)

On peut appeler un chat un chat et une meurtre un meurtre, au lieu de les dissimuler sous des euphémismes benêts comme « drame familial » ou « crime passionnel ». Pour moi, un drame familial, c’est la famille décimée lors d’un écrasement d’avion à Kingston hier.

On peut expliquer comment naissent des préjugés, et comment ils affectent le cerveau. On se dispute encore sur le terme génocide, mais quand on voit un peuple disparaître un morceau à la fois, on ne peut rester les bras croisés.

On peut dire et parler de beaucoup plus de choses qu’avant, entre hommes et femmes, on peut nommer les habitudes mentales qui érodent le respect. Et en les nommant, on peut les nettoyer à grande eau!

On peut parler des attentes irréalistes, du « sense of entitlement » qui gâchent des relations, amoureuses ou professionnelles.

On peut parler de la course à la consommation et la richesse projetée sur grand écran devant des hordes de jeunes qui rêvent d’avenir.

OUI, ce sera meilleur demain!

Un exemple par l’absurde de harcèlement au bureau. C’est une agression!

Il ne vous viendrait jamais à l’idée d’empoigner et de tirer brusquement la barbe d’un homme que vous croisez en ville, juste parce qu’il porte une belle barbe! (Je n’y peux rien monsieur le juge, son collier de barbe était juste trop tentant…) Encore moins de tirer la barbe d’un collègue de bureau pour faire une farce, comme pour cette illustration.

Eh bien c’est un réflexe de respect à cultiver aussi envers les femmes, et envers les gens qui ne vous ressemblent pas ou ne vénèrent pas le même dieu que vous ou…

L’humanité avance, et ça inclut tout le monde.

—————————————

* Curieux, comme seuls des écrivains/artistes blancs d’un certain âge sont qualifiés de libre-penseurs.

** Jamais je n’utilise le terme homme, sinon en bien. En parlant de sexisme, j’utilise les termes « épais » ou « mon-oncle »

La Savante folle au Salon du Livre de Montréal

Mes heures de dédicaces au Salon cette année, pour trois livres de science-fiction

Projet Ithuriel Couverture
Anticipation sociale: une fillette élevée pour être une arme d’espionnage s’évade…
Suivez Marillyn au coeur de la Ruche, là où la sensualité épouse le mystère. Science fiction adulte. couverture par Xin Ran Liu
Suivez Marillyn au coeur de la Ruche, là où la sensualité épouse le mystère. Science fiction adulte
Fils d’un écologiste assassiné, Arran Noor récolte de nuit les plaies du métier de clown-vengeur. ADA éditions (2019)
Fils d’un écologiste assassiné, Arran Noor récolte de nuit les plaies du métier de clown-vengeur. ADA éditions (2019)

Mes kiosques :

101 Distribution Nomade pour les Six Brumes – La ruche

206 Kiosque de REFC pour les éditions David – Le projet Ithuriel

548-556 Kiosque ADA pour l’Écologie d’Odi

Pour les heures exactes, voir ici

35 cadeaux d’avant-Noël

Comme la tradition des calendrier de l’Avent, nous sommes environ 30 auteur/es qui participons à un projet tout aussi joyeux qu’original, organisé par Kristine Kathryn Rusch: le WMG Holiday Spectacular 2019 Kickstarter! Au cours des 35 jours avant Noël, une histoire sera envoyée par courriel chaque matin!

Chaque histoire arriverait dans votre boîte aux lettre! Et l’an prochain, le volume paraîtra!

Mon histoire, Winter Pariah, mêle solstice d’hiver et ornithologie. Et ils ont été bien gentils de placer mon nom en couverture!

Et voici les trois anthologies ensemble: Bloody Christmas réunit des histoires de crime en tout genres. Joyous Christmas rassemble des histoires d’amooooour ou d’amitié avec une fin heureuse! Winter Holidays est centré sur des fêtes autour de l’hiver, comme le solstice, le jour de l’An, etc.

Ces 35 histoires vont aider à promouvoir le travail de ces auteurs de genres (certains ont publié dans les trois anthologies!) Je les ai toutes lues: ce sont des bonnes histoires avec des fins satisfaisantes, même les histoires de crimes (que normalement j’aime moins, mais il y a toujours une forme de justice, hein !)

NOTE: Le niveau de soutien pour obtenir ces 35 histoires est de 20$ US mais il y a plusieurs échelons qui commencent à 2$ US.

La première arriverait le 28 novembre 28, 2019, et la dernière le premier janvier 2020. Il y a plusieurs avantages à appuyer ce projet, et plein d’autres récompenses s’ajoutent quand WMG dépasse son objectif! J’en ai appuyé quelques projets et ça valait la peine!

Pour appuyer ce projet qui se termine le mercredi 23 octobre 2019 (et indirectement m’appuyer aussi!)

Le Galaxies 61

Arrivé par la poste, sur les traces de l’autre…

Ce numéro 61 de Galaxies (nouvelle série) est arrivé cette semaine. Avec mon texte Tinkerbelles, dont le protagoniste ne vous laissera pas indifférent…

Autosuffisance alimentaire, déclin des abeilles, mini-robots, cerveaux augmentés, programmation génétique. Si nos paramètres génétiques limitent nos choix, peut-on encore brasser la cage mentale?

Pour vous le procurer en électronique ou papier, et découvrir les conteuses et conteurs d’histoires, et le dossier bien fouillé de Jean-Louis Trudel!

Les Autres au Boréal 2019

Encore une fois, le Congrès Boréal accueille les passionné-e-s de science-fiction francophone. Le thème est à la Rencontre de l’Autre, thème privilégié en SF.

L’Autre jeté loin, très loin…

On pense toute de suite aux extraterrestres ou aux vampires et autres créatures fantastiques qui peuplent nos écrans.

Mon premier réflexe était d’aller inventer un Autre extraterrestre aussi étrange que possible. J’avais poursuivi un bel effort de créer un Autre très éloigné, pour finalement s’en rapprocher. Une de mes races, les Zoens, ressemblent à de gros beignes sensibles à la gravité et capable de localiser les masses, mais pour lesquels les photons (la lumière) relève de la théorie. Une autre race, les Chaatyls (ceux germés de la terre) portaient des noms à coucher dehors, un autre bel effort…

Mais quand cet autre qu’on invente est trop éloigné, tant au physique, qu’en langage, concept, culture, genres, etc et qu’il ne reste rien de familier, il devient un élément d’intrigue plus qu’un vrai personnage. Comme les créatures de Blindsight, de Peter Watts, on subit l’effet de leur présence, sans pénétrer leur conscience.

(D’ailleurs, elles n’en ont pas. Depuis quand est-ce qu’on a besoin de conscience pour réussir dans la vie biologique? Les virus n’en ont vraiment pas besoin pour nous mettre à terre! Peter Watts est un biologiste marin, donc il connaît un peu le sujet.)

L’Autre, plus près de nous qu’on croit…

Pourtant, l’Autre en science fiction, représente aussi les humains eux-même, séparés par mille différences. Des différences morales, mentales, culturelles, religieuses et … politiques.

Alors qu’en Ontario nous avons un « Baron Harkonnen » arrivé au pouvoir (et qui a l’air bien parti pour transformer la province en réplique d’Arrakis), la frange de population qui soutient une conception simpliste, pour ne pas dire binaire du pouvoir politique me semble de plus en plus difficile à comprendre!

Et vice-versa. Quand le profit pur et simple dicte notre balance morale, comment comprendre une attitude de partage, d’entraide? Comment s’évader de la vitrine des bals de charité et du bénévolat-qui-donne-bonne-conscience, alors qu’on s’enrichit à même la pauvreté d’un grand nombre?

Pour revenir à la littérature, j’ai longtemps cherché, dans ma propre science-fiction, à inventer des systèmes politiques fonctionnels.

Le système des Jardiniers dans la série La Quête de Chaaas repose sur une méritocratie matinée d’autoritarisme, avec un bon mix d’écologie. Le jeune Chaaas (Chaa- la terre et -Haaas, le feu) vénère un Empereur qui en principe est élu aux mérite, dont le pointage est évalué par des machines en principe incorruptibles.

Parlant de machines… les autres AI?

Notre vie « sociale » dépend beaucoup des « machines pensantes » (cette autre allusion à Dune vous est gracieusement offerte par le GAFAM) et des algorithmes de plus en plus alambiqués. Dans mes univers, comme celui des Voyages du Jules-Verne, les IA sont très circonscrites.

À savoir si on s’en débarrasserait comme dans Dune, pas sûr… Mais j’envisage des humains augmentés comme les mentats de ce riche univers. Avec la miniaturisation qui se poursuit, notre soupe de neurones va pouvoir accueillir bien des petits adjoints! Serons-nous reconnaissables dans 50 ans?

De quelle façon traiterons-nous la réalité consensuelle, et s’il y en a plus qu’une? Comment s’articuleront nos choix et notre balance morale? Affaire à suivre.

Perso, j’ai hâte que ces petits adjoints glissés dans notre cerveau résorbent l’horrible maladie d’Alzheimer, qui fait que des personnes que j’aime partent un petite morceau à la fois…

La savante folle au congrès

Bon, tout ça pour annoncer deux participations au Congrès Boréal, le 40e congrès, qui se tiendra à Sherbrooke:

Samedi matin, 9h, conférence les Cultures reconstruites dans ma science-fiction, où je développerai un peu plus mes sources d’inspiration.

11 h à 12 h : table ronde avec les cinq auteurs finalistes du Prix des Horizons imaginaires, mon roman, La ruche, étant un des ces finalistes. Courez l’acheter ici ou ici , ou encore chez votre libraire indépendant !

Et bien entendu, ce blogue est une fois de plus finaliste pour les prix Boréal de fanédition. Merci à mes fans finis, mais allez voir les autres blogues avant de voter!

Ma page d’auteure Goodreads pour un coup d’oeil général.

Humour et amour font-ils bon ménage à la Saint-Valentin?

2019VALENTINsous ZERO_COVER_250

Comme Noël, la Saint-Valentin est une fête difficile à vivre pour les esseulés qui souffrent.  Certaines personnes plus sages vivent en solitaire par choix, mais quand on souhaite partager ses joies…

Ils nous reste l’amour des livres, des univers dans lesquels on peut se plonger avec délices. Hélas, des tonnes de romans d’amour nous déboulent dessus, qui célèbrent des amants physiquement parfaits.

Mais… quid des moins mignons et moins minces? Et que dire de nos hivers rigoureux qui nous enfouit sous la neige, comme tout récemment chez nous?

Un amateur de fantasy qui n’a rien d’un elfe guerrier, enfermé hors de son auto et en retard pour son rendez-vous «aveugle» de St-Valentin. Trahi par son GPS, Nick se met en route dans la tempête.

Une femme de cœur qui n’a rien d’une princesse avec la cicatrice qui barre son visage, sent ses espoirs s’évaporer à mesure que la neige s’accumule. Puis, Dell doit quitter son poste pour secourir sa gentille propriétaire. 

Nick et Dell parviendront-ils à se rencontrer? 

Une courte romance d’hiver qui réchauffe le cœur, racontée avec humour et tendresse par Michèle Laframboise.

Valentin sous zéro

978-1-988339-62-7 (ebook)
978-1-988339-63-4 (imprimé)

La version anglaise, ici!

 

Vœux de fin d’année

J’aurais des tonnes de choses à dire

pour redonner confiance en l’avenir 

Un beau moment du Salon de Toronto avec chorale fièrement francophone!

Un beau moment du Salon du livre de Toronto avec une chorale fièrement francophone!

Comme je l’ai dit dans ma lettre de nouvelles (pour vous y abonner), la fin de cette année a été mouvementée en Ontario francophone. On a eu, à nouveau, la preuve que le pouvoir corrompt ceux qui s’y agrippent fiévreusement!

La savante folle n’a pas eu beaucoup de temps libre, puisqu’elle a terminé plusieurs nouvelles et deux romans qui attendent d’être envoyés à leur premier lecteur/trice. Pour les BD (Maîtresse des vents et Grandeurs et Misères), c’est un peu plus long de satisfaire les conditions de soumission des éditeurs qui veulent voir le matériel sous des formats particuliers transformer mes 200 pages en PDF, ou écrire le scénario détaillé…

2018-12-06 00.14.11-Copy(1)

Ci-dessus, mon journal d’écriture avec décompte des mots pour le 5 décembre dernier. J’ai terminé le premier jet d’un roman en anglais de 117 000 mots. Je repasse sur les fôtes et je l’envoie au premier lecteur.  Mes deux romans récemment terminés en français réclament aussi des soins post-écriture!

Tous beaux dans leur boîte, les exemplaires de ma comédie de SF ! Des livres minces car c'est une novella.Tous beaux dans leur boîte, les exemplaires de ma comédie de SF !

Enfin, je me suis offert une gâterie: imprimer de beaux exemplaires papier du premier livre publié par ma maison Échofictions.

***

Mes vœux pour vous qui passez,
le cœur lourd ou léger

Un cardinal solitaire dans la cours arrière

Joie et persévérance en face de l’adversité,
et, si importante, la santé

Remplissez chaque heure
de bonne pensées
et de belles activités
Trouvez le temps de visiter
les personnes que vous aimez
et de partager votre bonheur

 Michèle

Gaffes d’écriture: se peindre dans un coin!

2018MicheleSePeintCoin1000

Vous connaissez ce gag célèbre du gars qui paint tout le plancher… pour se retrouver pris dans un coin, entouré de peinture fraîchement appliquée?

Je ne sais pas si vous êtes comme moi, mais il n’y a pas une histoire où je ne commets pas cette gaffe… Même quand j’avais un plan établi! Et ce quel que soit le genre!

La dernière fois, j’ai tellement hésité que j’ai manqué la tombée d’un concours. Il s’agissait d’un truc de fantasy historique qui fonctionnait parfaitement… tant que je n’avais pas remarqué une erreur de 5 ans dans les dates!

Ciel! Que faire?

C’était vraiment casse-tête: ou bien je changeais la date et l’âge du perso principal, et l’intrigue tombait à plat. Ou je conservais l’erreur factuelle en choisissant arbitrairement l’année, et ça faisait une super-histoire.  (Le récit étant en soumission, je n’en parle pas davantage).

J’aurais dû faire plus de recherches. L’erreur m’aurait sauté en pleine face et ça aurait donné une autre histoire.

Je prépare avec joie une série de mystères historiques à la suite de Domus Justice, et dans ceux-ci, je me rends compte que — moi qui adore l’époque antique — j’avais pris des libertés avec les plans de la Domus (maison) en question. D’ailleurs ce n’est pas clair à cette époque où étaient situées les toilettes, hum!

Donc dans les histoires subséquentes, après sérieuse re-étude des plans, j’ai vu que j’ai mal placé l’autel des Lares, dans un coin du jardin arrière. Ciel que faire?

Dans ce cas précis, j’ai pris la décision de ne rien changer à mon texte concernant cet emplacement… et de faire plus attention la prochaine fois!

Dans du récit historique il faut « faire ses devoirs » ! Mais attention de ne pas étirer indéfiniment ce temps de recherche…

Aller du point A au point B....

S’emberlificoter dans ses pistes!

Je patauge aussi dans l’écriture d’un roman policier (techniquement, un mystère) et j’ai vu que j’ai envoyé mon héroïne timide deux fois au même endroit. Ça me permettait d’intercaler une superbe séquence au centre du roman… Et de faire avancer l’enquête car elle découvre un détail spécial.

Mais, ce que mon héroïne sait déjà en revenant à cet endroit pour la deuxième fois casse un peu la progression de la tension.  En plus, j’ai tendance à multiplier les oppositions quand une seule ferait l’affaire.  Bref, en ai-je trop mis, diluant le danger? Ah, la, la… Je ne suis pas sortie du bois!

Dans un roman policier/polar/suspense où tous les détails doivent converger vers une résolution forte, me peindre dans un coin (alors que j’avais fait un plan, je le rappelle!) relève de la catastrophe.

Je me suis emberlificotée dans mes pistes, en rajoutant du motif (en veux-tu, en v’la!) pour être certaine que l’assassin avait une assez forte raison pour passer à l’acte!

Je n’ai pas résolu ce problème, aussi je travaille sur une autre création tout en laissant mon subconscient créatif chercher la solution.

 

Comment l'auteure se tire de ce mauvais pas...

Et vous?

Quand vous êtes-vous peint dans un coin? Un plan vous a-t-il aidé-e?

Parlant de pistes… gluantes, je prépare un recueil de nouvelles policières mettant en scène des… escargots ! Le jardin est un endroit fort dangereux!

Pour goûter à la première nouvelle, procurez-vous le Fiction River 27 : Justice!  édité par Kristine Kathryn Rusch