50 ans pour se détacher du pétrole?

La manif à Mississauga a attiré entre 2-300 personnes

Ça fait 50 ans et plus –je compte depuis la publication du célèbre « Silent Spring » de Rachel Carson– que les pays « riches » ont été avertis des méfaits de la pollution de l’air par les gaz d’échappement des voitures et des autre machines. Or, voilà que des pontes de l’industrie nous disent que ça va prendre plus de 50 ans pour arrêter (et non dix ans comme le promet le Parti Vert)!

Même les animaux manifestent… dont ce mignon petit chien !

Hier le 27 septembre, je me suis déplacée dans ma ville pour manifester mon désir de changement devant l’hôtel de ville de Mississauga. (Non, la mairesse n’était pas présente.) Nous étions entre 200 et 300, bien loin des 500 000 marcheurs et marcheuses de Montréal avec Greta Thumberg (qui était très toute-seule avec sa pancarte, l’an dernier à même date!) Ça ne nous a pas empêchés d’être colorés et bruyants, et d’avoir des candidats de plusieurs partis politiques en même temps!

Hey, you!

Ça fait 50 ans et plus que l’industrie du combustible fossile a été interpellée par les scientifiques, les écologistes, les médias au sujet de la pollution. Ça fait plus de 50 ans que le smog tue des personnes vulnérables.

Ce récit de SF, publié en 1973, sur une ville très polluée où le smog cache le soleil

Au smog, on ajoute les vagues de chaleur, ou de froids inhabituels dans une région du monde qui ne grelottait pas, comme l’hiver dernier (2018-2019) à Paris.

J’ai une dent contre le peu d’action de ces pétrolières qui font semblant de comprendre tout en finançant des sites qui nient l’urgence climatique. (Ils nient aussi la pollution d’ailleurs.) L’extraction des sables bitumineux consomme tellement d’eau et, paradoxalement, d’énergie. Si l’industrie avait été sérieuse, le processus aurait pu être optimisé depuis au moins vingt ans au lieu de créer des déserts de boues toxiques !

Ma pancarte réalisée sur place (les gentils organisateurs avaient prévu du matériel.)

Le fractionnement hydraulique détruit moins le paysage en surface, mais le sous-sol rocheux effrité par le processus est devenu plus vulnérable aux mouvements de la croûte terrestre. L’injection de liquides pour récupérer le gaz modifie les propriétés élastiques de la roche, et change les forces appliquées sur des roches éloignées du site, causant des séismes. Ainsi, une région comme l’Oklahoma est devenue aussi vulnérable que la Californie aux séismes!

Entre 90 et 95 % des tremblements de terre de magnitude 3 ou plus survenus ces 5 dernières années dans le bassin sédimentaire de l’Ouest canadien sont causés par les activités entourant la fracturation hydraulique, selon un rapport publié dans le journal scientifique Seismological Research Letters – (un article très pointu ici)

Radio-Canada (Publié le 29 mars 2016 )

Je donne des ateliers en Alberta de temps à autre et je respire l’inquiétude des personnes qui travaillent pour les pétrolières. Comme dans toute pyramide sociale, ce sera les gens à la base qui paieront pour l’absence de vision à long terme des grands.

Pour garder les emplois, il y aurait un bel avenir et des bonnes choses à fabriquer avec le pétrole… si on cessait de le brûler! Le fuel servirait pour des usages limités, par exemple pour des véhicules d’urgences. Le reste de notre consommation d’énergie s’adapterait avec des technos plus tranquilles comme des dirigeables. Mais hélas, avec les subventions de 2 milliards du gouvernement Harper et de 3 milliards récemment avec l’achat d’un certain pipeline, ces entreprises ont encore trop de poids par rapport à nous.

Se défaire instantanément des combustibles fossiles sera difficile, surtout pour les endroits mal desservis par les transports en commun. Et se défaire du capitalisme sauvage qui nous a menés dans cette impasse écologique sera un gros défi. Nos façons d’être, d’agir en relation avec la nature, de mesurer les valeurs des êtres vivants de notre paysage sont appelées à changer.

Le capitalisme semble régi par la loi du marché, mais rappelons-nous que le marché… c’est aussi nous!

Un peu d’imagination…

Bref, la transition vers des technologie non-pétrolivores risque de prendre du temps et beaucoup d’énergie (tirée de l’huile de coude, celle-là…). Par contre, un autre aspect se trouve à notre portée.

S’il y a un produit pétrolier qui se répand dans le paysage, ce sont les déchets de plastique. Je ramasse ces sacs à tout bout de champ, avec des contenants recyclables. Les plastiques à usages uniques, les jetables, sont devenus une plaie béante. Et pour guérir cette plaie, nous avons tout ce qu’il nous faut!

Le plastique végétal. Fabriqué à partir de céréales, ce plastique est compostable. Les tasses, pailles et ustensiles compostables arrivent dans les restaurant fast food, mais…pas assez vite à mon goût!

Mes ustensiles de voyage. Il fut un temps où j’apportais mon assiette dans les food courts.

undefined
Un exemple un sac de plastique en maïs d’une compagnie de repas – compostable.

undefined
La tasse compostable d’Élisabeth May qui fit scandale quand quelqu’un a photoshoppé la photo pour mettre une tasse réutilisable avec une paille!

undefined
Une tasse réutilisable classique en porcelaine.

Sans oublier…

Le fin du fin de l’économie circulaire:

On trouve beaucoup de trésors dans ces ventes, pour lesquelles je pédale avec entrain!

Allez et bonne chasse aux plastiques éphémères!

Lectures recommandées

Cet article du Narwhal au sujet des plateformes des partis pour gérer l ‘urgence climatique. Environ 10 min, de lecture.

Ce rapport sismologique sur un effet pervers de la fracturation hydraulique (Radio-Canada, 5 min de lecture)

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s