Compelling Science Fiction no 7

Compelling Science Fiction no 7, - couverture

C’est le nom de cette revue en ligne éditée par Joe Stech, qui vient de publier ma troisième nouvelle aux USA. Après près de 10 ans de soumissions de textes et de refus, ça fait du bien d’en voir un publié!

Le monde de l’édition en mutation conduit à de nouvelles façons de faire et de publier. Plusieurs revues passent du papier à une présence en ligne. Déjà, j’ai mentionné les changements survenus pour les auteurs qui envoient leurs soumissions aux magazines.  Le défi est de financer son oeuvre, soit par des publicités, ou par les abonnements qui déverrouillent les textes du site.

Dans le cas de CSF, la revue laisse ses textes disponibles (vous pouvez donc me lire sans débourser un sou). Toutefois, l’éditeur invite à contribuer à la page Patreon de CSF. Comme lecteur aux finances limitées, vous pouvez choisir un appui modeste de 1 dollar par numéro (deux-trois numéros par an!) pour exprimer votre reconnaissance. Comme auteure publiée, je peux confirmer que cet éditeur, un passionné, paie des tarifs « pro ». On espère que Joe a un peu d’aide pour lire toutes les soumissions de la « slush pile« …

La particularité de CSF est d’encourager les auteurs à publier de la SF dure, c’est à dire avec la composante « cacao » (les idées, la science) plus forte que la composante « sucre ».

Le défi est toutefois de rendre les concepts attrayants et la lecture accessible. Cela se fait en créant des personnages attachants qu’on suivra avec trépidation.

La première histoire du numéro 7 par RR Angell suit Matt, un jeune culturiste musclé mais paumé, qui accepte un changement de corps (il garde sa tête) avec un multimilliardaire. Évidemment, les riches rajeunis ne prennent pas très soin de leur nouveau corps et font la fête, tandis que Matt, qui se retrouve à la tête (haha!) d’un corps de 76 ans, se retrousse les manches… Délicieux portrait de société, le cliché de la « montagne de muscles » revisité avec ironie. La conclusion est satisfaisante, tout en donnant une richesse de détails sur la santé.

Integration, par John Eckelkamp, est une courte histoire d’un jeune cyborg en classe de maternelle avec des enfants et une maîtresse humains (« organic self-constructs »). Ici, on joue sur les perceptions de Zerith,  la jeune IA habituée au Collectif, qui s’accoutume aux interactions humaines.

Extrait charmant sur l’expérience de faire pousser germer des plantes.

      When Ms. Karen came over to see why Zerith had not joined the others, he explained that he was waiting to see the bean self-assemble. She told him that it would take several days at least for the bean to begin extracting its compressed files and SPROUT. This seemed like an extremely slow processing speed to Zerith.

Je n’ai pas encore lu les deux autres nouvelles au moment d’écrire cet article, mais les amateurs de SF avec de la science, et des récits de lecture agréable, Compelling Science Fiction vaut le détour!

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s