Pause estivale

Lectures de vacances sur hamac. Technique en noir et blanc

Mes vacances parfaites sur un hamac avec des livres et du temps! Notez la cabane à oiseaux (vide) dans le sapin.  Mes jumelles 15×70 sont à l’affût des volatiles passagers. Beaucoup de livres: j’ai peu écrit (mon 18e roman attend encore sa conclusion), mais fait un festin de lectures! Le nord de l’Ontario nous a gâtés: nuit étoilées, étoiles filantes, aurore boréale hier soir…

J’ai réalisé un premier croquis du hamac au crayon de plomb, puis pour être certaine, j’ai pris une photo du sapin en question (mais pas avec le même angle, aaah!) J’ai beaucoup de mal à dessiner des arbres, aussi ce seul dessin a pris le même temps que produire une page de BD complète!

Pour voir une belle étude graphique des végétaux en forêt, je vous recommande chaudement la lecture de Rivière d’ombre, une BD de mon talentueux confrère Yvon Roy (à venir bientôt). Fougères, sapins, bouleaux y sont caressés par une plume délicate, en pur noir et blanc. Les personnages et l’histoire valent aussi le déplacement, bien sûr, mais c’est à la patience dans les petits détails que se révèle l’artiste.

Les livres que j’ai lus (et que je laisse dans le chalet loué, c’est un système d’échange informel):

Carl Hiaasen – Paradise Screwed – Une série d’articles satiriques que cet auteur a commis dans le Herald Times de Miami entre 1985 et 2000. Hilarant mais un peu triste quand la côté naturelle de la Floride disparaît peu à peu sous le pic des développeurs qui ont les politiciens dans leur poche. 

J.D. Robb – Fantasy in Death. Le premier des JD Robb (pseudo de Norah Roberts) qui à mon avis est vraiment de la science fiction: le crime commis repose sur une technologie qui n’existe pas encore. Autrement, toute l’action est parfaitement  transférable au policier contemporain. On a des voitures volantes (en cas de besoin seulement) et des mentions de colonies « hors-planète », mais jamais on ne quitte New-York.

Patricia Cornwell – Cause of Death. Le plus intéressant. C’est une auteure qui n’a pas peur de ne mentionner au passage les situations de sexisme qui perdurent. Dr Scarpetta s’inquiète comme une mère-poule au sujet de sa jeune nièce qui travaille pour le FBI. Roman satisfaisant, mais ça finit pas mal abrupt, on aurait aimé en savoir plus sur les tenants et aboutissants.

Michael Palmer – Critical Judgement. Un excellent départ qui nous plonge dans la vie d’une urgence d’hôpital, où une docteur remarque des symptômes suspects. On lorgne la grosse usine de batteries qui fait travailler tout le village… Psychologie et finesse, sauf que… dans le dernier quart du roman, l’explication et les retournements sont trop « poussées ».  Des bouts de phrases juteux, sur les internes : « doctors with rolling wheels ».

Je lis

Julie Czerneda, A Turn of light, une brique de 900 pages, et le premier d’une trilogie de fantasy.  Je lis parce que je connais Julie. Mais il y a de la recherche fine pour créer un monde et un système de magie original. Le défi de Julie, ici, c’est de créer une histoire qui se passe dans un petit village. Ceux qui espèrent des bagarres ou des assassinats (genre Games of Thrones) à tous les vingt pages, ben… non.

Ça rappelle un roman de Jo Walton (plus court!)  qui prenait les poncifs de fantasy à contre-courant.

Lee Child – Never Go Back – action bien décrite. C’est un Jack Reacher, on suit le bonhomme d’armée qui est hyper bon dans tout. Ce qui accroche, c’est la voix de l’auteur. Aller juste lire la description de la chambre de motel au premier paragraphe. J’étais dans une chambre de motel en lisant le roman et vraiment, ça collait bien! La force de Lee Child, c’est de nous accrocher sur des détails très quotidiens avec un zeste d’ironie. Autre qualité, jusqu’à présent (je suis au premier tiers), pas une once de sexisme dans le perso de Reacher alors que ce genre de suspense s’y prêterait. Le perso connait les dures réalités du milieu militaire.

Joe Walton – The Just City. Une prémisse originale, une expérience de la pensée: et si… on construisait la cité parfaite de Platon, en pigeant des gens à travers diverses époques? Mais les sentiments humains viennent brasser les cartes. Au fait, j’ai dit qu’il y a des dieux de l’Olympe là-dessous? Une collision annoncée quand la belle philo théorique frappe d’aplomb le mur de la réalité!

Bob Mayer – The Novel Writer’s ToolkitEn version électronique.

Et toutes les nouvelles de Kristine Kathryn Rusch en ligne (elle publie une nouvelle chaque lundi) qui excelle dans plusieurs genres.

Je relis:

John Grisham – The Testament – Un riche excentrique lègue onze milliards à une enfant illégitime devenue missionnaire dans le jungle du Brésil. La firme qui s’occupe du testament envoie un avocat fraîchement sorti d’une cure au Brésil. Une drôle d’escapade pour l’habitué de Bay Street. Comment va réagir la missionnaire? Les héritiers sont en maudit; par contre, les avocats engagés pour contester le testament, eux, $ont trè$$$ heureux… Mordant.  Émouvant. Un écho à Heart of Darkness de Conrad, mais en plus léger.

J’utilise:

Sibley, Birds of North America. Avec des illustration par l’auteur. Les oiseaux en vol, dans plusieurs positions, mâles, femelles, juvéniles… il ne manque rien! C’est l’oeuvre d’une vie. Chapeau!

The Audubon Guide of North America Insects and Spiders. Avec des photos, et un classement par morphologie pour aider à s’y retrouver.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s