Grandeurs et misères de la table de dédicace – 63

Jour sombre pour le milieu de la science-fiction et du fantastique québécois. Un de ses piliers, Joël Champetier, est décédé dans la nuit du 29 mai, après avoir livré une courageuse bataille contre le cancer. Il avait 57 ans.

J’étais en camping au nord d’Oshawa avec les scouts. Les jeunes étaient tellement excités  le vendredi soir qu’ils se sont calmés vers minuit…

Au milieu de la nuit, une petite pluie m’a réveillée en tapotant doucement ma tente. Au matin, il faisait soleil…

En revenant du camp le dimanche, j’ai appris que mon confrère et ami Joël Champetier, que je savais malade, était décédé au milieu de cette même nuit. C’est une coïncidence poétique qui me fera toujours penser à lui. J’ai eu la chance de lui parler lors du dernier congrès Boréal, par Skype. Technologie salvatrice…

Joel et sa compagne Valérie ont été un soutien moral pour une grande partie de la communauté des écrivains de genre. Fier tenant de cette « para » ou « sous-littérature » longtemps snobée par une certaine classe de littéraires, Joel a écrit des romans audacieux sans se soucier de récolter les honneurs ou une place à l’académie française.

Écrivain de genre, il n’avait pas ce genre d’Ego. 

Sa fiction a tracé des chemins où il est agréable de se promener.

L’annonce sur le site de la revue Solaris

Pour mieux connaître son travail.

Tiré de mon roman-photo Le Petit Suprématie illustré, un Boréal 1997 (avec un intrus). Joel est au centre en gilet blanc.

Trio d'auteurs: Frédérick Durand, Mario et Joel

Joël lors du Congrès Boréal 2014

Genevieve Blouin et Joel en zombie capturé

Joel en zombie capturé lors du Congrès Boréal 2014

Yves, Joel, Ariane

Yves Meynard, Joël et Ariane Gélinas discutent devant ma table.

Et qui peut résister à ce fol entrain! (Boréal 2010, Joël dansant dans son costume disco Star Wars)

Joel dansant dans son costume disco Star Wars

Publicités

2 réponses à “Grandeurs et misères de la table de dédicace – 63

  1. Les douleurs de l’existence sont la nourriture de l’inspiration de nos futurs oeuvres. Le vécu qui accroit notre maturité est un ingrédient indispensable, un liant entre l’imaginaire et la grisaille de notre existence.
    Merci pour ce beau partage.

  2. Pingback: R.I.P. Joël Champetier |

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s