Grandeurs et misères de la table de dédicace – 39

Quand un fan pacifiste et un qui ne l'est pas s'affrontent près de la table de dédicace,  ça fait des étincelles!

Cette fois-ci, je pensais dessiner une nouveauté pour saluer l’arrivée du temps chaud… mais la situation des civils en Irak face à des hordes d’insurgés obscurantistes ne laisse personne indifférent. Alors, voici ce spécial géopolitique, pour se rappeler que l’histoire rebondit tristement. 

Ça fait plus de dix ans que s’est produite l’intervention des USA (sous la houlette du président Bush fils) sous prétexte que le dit Saddam cacherait sur son territoire des armes de destruction massive. On les cherche encore… Pour la petite histoire, j’avais vraiment peur que les USA décident d’envahir le Canada, surtout que Jean Chrétien avait refusé de participer à cette invasion. (On a envoyé nos soldats en Afghanistan à la place.)

L’histoire de son voisin l’Iran:

1794-1925: monarchie fondée par Aga Mohammad Shah Le nom est la Perse.

1925  Reza Shah Pahlavi prend le pouvoir (se fait approuver par le parlement de l’Époque) Sous son règne, la Perse accélère sa modernisation.

1935 : Il fait changer de nom « Perse »  pour « Iran » qui est une racine indo-européenne plus ancienne.

1941 – C’est la 2e guerre. L’Iran veut rester neutre. On remplace le père par le fils, (Mohammad Reza Pahlavi) plus malléable.

1946 -1953 Monarchie constitutionnelle. Mossadegh est le premier ministre, démocratiquement élu en 1951. Toutefois, ce premier ministre a le culot de nationaliser le pétrole (après avoir tenté vainement de négocier un meilleur arrangement des redevances avec les pétrolières).

Alors le pays devient tour à tour:

monstre (1953, bouh, vilain Mossadegh qui garde notre pétrole en otage! )

allié (1954- L’opération Ajax remet en selle le Shah d’Iran (Mohammad Reza Pahlavi). Exit Mossadegh. Un consortium de compagnies britanniques et américaines gère le pétrole iranien).

re-monstre (1978, le méchant Shah se plaint qu’on lui revend le carburant 100 fois plus cher que le pétrole iranien brut.)

re-allié (1979 vive le bon Ayatollah Khomeiny qui chasse le vilain Shah!)

re-re-monstre (1980, oh le vilain Ayatollah et sa révolution islamique!)

re-re-allié (2014, ah pis, les dirigeants chiites sont tellement moins pires que ces insurgés sunnites qui mettent l’Irak à eu et à sang…)

Quant à l’Irak…

ennemi 1932 : Indépendance du royaume d’Irak, qui reste un…

allié pétrolier jusqu’en 1958.

ennemi Succession de coups d’État. Le jeune Saddam se réfugie au Caire, étudie, devient un militant du parti Baas et retourne éventuellement en Irak, grimpant les échelons (quand il ne les sciait pas sous les pieds de ses rivaux). La République d’Irak a, de 1968 à 2003, été gouvernée selon un régime de parti unique, sous les présidences de Ahmad Hasan al-Bakr puis de Saddam Hussein, dirigeants du parti Baas.

allié En 1979, le bon Saddam prend le pouvoir. Il gouverne d’une main de fer tout en fournissant du bon pétrole. En plus, il fait la guerre à l’Iran du vilain Khomeiny (guerre Iran-Irak, 1980-1988)

Ennemi: Oupse, Saddam envahit le Koweit en 1990. Guerre du Koweit.

Saddam se retire du Koweit en 1991. L’Irak sera sous embargo international (le programme « Pétrole contre Nourriture ») mais Saddam persiste à gouverner d’une main de fer. En 2003, à la suite des attentats terroristes du 11 septembre 2001, les USA envahissent l’Irak sous un prétexte quelconque. L’article de Wiki en anglais détaille l’opération.

Allié? Pendant 11 ans, des centaines de milliards de commandes pleuvent sur les compagnies du complexe militaro-industriel, et on ne compte plus les victimes collatérales. Pendant 11 ans, on essaie de forcer une démocratie sur une population qui en avait déjà vu de toutes les couleurs. À force de chercher ces armes de destruction massive, on a ignoré les armes de religion massive…

D’autres d’infos sur l’échiquier pétrolier et ses pions dans ce livre.

Mon grain de sel:

Pour sortir de ce cycle de violences, vivement qu’on passe aux énergies renouvelables! Ça fait environ 50 ans qu’on dit aux pétrolières qu’elles polluent, qu’elles détruisent des paysages et des économies, et profitent des guerres pour contrôler du territoire. En 50 ans, on aurait eu le temps en masse de faire une transition, quitte à garder ce précieux liquide noir pour des usages modérés, comme la fabrication de polymères et de composés organiques.

 

Une réponse à “Grandeurs et misères de la table de dédicace – 39

  1. Tout à fait d’accord!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s