Grandeurs et misères de la table de dédicace – 33

 

Le fan qui sort de prison

Le 33e gag, inspiré d’une rencontre réelle lors d’un événement de BD en 2000. (« T’sé, ma vie ferait toute une BD« … est une citation réelle. Pour la petite histoire ce monsieur s’était bien réinserti et ne ressemble pas au personnage!) Avec une pensée pour la réinsertion sociale des ex-détenu-es qui rencontre beaucoup d’obstacles. Et une pensée aussi pour les travailleurs-travailleuses de rue qui les aident.

La prison tue l’entregent et la confiance qui sont nécessaire pour aller vers les autres. En plus, avec les coupures des programmes de prévention et de réadaptation par notre bon gouvernement fédéral. Et les lois adoptées dans le bill omnibus allongent les peines, les prisons sont surpeuplées. La prochaine étape, qui va enrichir quelques entreprises judiciaires, risque d’être la sous-traitance des prisons au secteur privé…

Cette expérience laisse un arrière-goût amer aux États-Unis, dont le taux d’incarcération est plus élevé. La privatisation entraîne des tentacules de corruption, comme ce juge qui recevait un montant pour chaque jeune qu’il envoyait en prison plutôt qu’aux travaux communautaires… Et un gestionnaire de prison privée ne désire surement pas une baisse de la criminalité!

Mon geste de soutien est d’acheter un numéro de L’Itinéraire chaque fois que je vais à Montréal, car beaucoup de sans-abris vivent le cauchemar des portes tournantes du système judiciaire.

Je n’ai pas travaillé en prison, mais j’ai eu l’occasion de donner un atelier de BD dans un centre Jeunesse voila quelques années. Les jeunes en difficulté ont beaucoup apprécié. La bande dessinée est un art accessible à tous, qui aide à guérir les blessures. La BD permet, comme la lecture, d’élargir les horizons au-delà des barreaux.

2 réponses à “Grandeurs et misères de la table de dédicace – 33

  1. C’est bien touchant ce que tu écris. La réalité des gens qui essaient de se réinsérer n’est pas évidente. Le gouvernement coupe dans les programmes et augmente le nombre de détenus. Il y a donc de plus en plus de gens qui sortent de prison et qui ne sont pas prêts. La prison nous apprend à se laisser marcher dessus sans s’objecter sinon on a un problème « d’attitude ». Ça n’aide pas à augmenter la confiance en soi et l’initiative.

    J’ai aussi vécu le phénomène de la prison privée dans des prisons américaines. Ce n’est pas dans l’intérêt de ces gens de nous aider.

    Je parle de mes problèmes de réinsertion sur mon blog à http://lacloture.ca. Pas toujours facile.

    Merci pour ce billet intéressant.

  2. Merci pour le lien!! Mon père ingénieur donnait parfois des conférences pour les prisonniers. Il parlait sur son domaine, les aéroglisseurs avec des diapos. Bénévolement. Même si les prisonniers étaient moins instruits, ils étaient curieux et intéressés.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s