Grandeurs et misères de la table de dédicace – 31

 

Les joies de la fiscalité pour l'artiste...

 

Le fan fiscaliste permet de déduire 2 choses : que je résidais encore au Québec en 2003. Et que je faisais, oh horreur! mes impôts à la mitaine!! Si la position du fiscaliste qui s’éloigne vous paraît irréaliste, allez feuilleter vos vieux Dr Justice de Pif Gadget…

Et ne portons pas de jugement hâtif sur la mallette de ce sympathique fiscalliste: qu’on organise enfin des congrès sur les paradis fiscaux démontre qu’on reconnaît l‘existence du problème…  La coalition Échec aux paradis fiscaux présente assez bien le phénomène et vous permet même d’y ajouter votre « deux-cennes ».

Quelques sites pour vous dépanner en cette fin de course aux formulaires: Gouvernements du Québec, du Canada; le site de Impôt Rapide;

Pour les artistes et les écrivains: le site de l’Union des écrivains québécois; note que les conseils du fiscaliste sur les REERs peuvent avoir changé depuis. En général, vous pouvez déduire vos dépenses quand elles servent à gagner votre vie (mais pas n’importe lesquelles).

Ouf! Bon courage, donc!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s