Grandeurs et misères de la table de dédicace – 16

Les joies des dédicaces reprennent en 2014! Déjà, se profilent à l’horizon les salons du livre de l’Outaouais et de QuébecVoici un cas qui se produit de plus en plus lors de ces événements. À classer dans la même famille que le fan qui a eu une idée qu’il croit géniale… 

Image

La technologie multiplie la quantité de textes produits… mais pas leur qualité! Les hypothèses sur le succès posées par cet aspirant auteur sont un peu exagérées, mais typiques des débutants dans le milieu littéraire qui croient à la « poignée de main secrète ». (Houla, mes pauvres dir-lits! Ils et elles m’ont fait travailler et retravailler mes textes avec sévérité. )

L’un d’eux qui se lamente que «Sans contact, un débutant en littérature est fini, cuit» a reçu cette réplique de Claude Jasmin. Il y pose la question du talent. J’ajoute qu’avec le talent, il faut de l’effort:  travailler, retravailler ses textes…

Pour les écrivains débutant dans les genres (science-fiction, fantasy, fantastique), voici un texte ironique par Yves Meynard, un auteur de SF original. Le titre qui fait référence à un livre tiré de l’expérience d’Élisabeth Vonarburg, Comment écrire des histoires, Guide de l’explorateur (Illustration des deux éditions par Charles Monpetit) réédité en 2013 chez Alire. Élisabeth Vonarburg y livre le fruit de ses années d’expérience d’écriture.

Bien sûr, j’offre aussi mes propres conseils d’écriture , et je rappelle que les livres ne poussent pas dans les arbres.

Trop de recherche peut nuire

Vous croulez sous les deadlines et manquez de temps? Pour vous détendre, je recommande le blogue de la scénariste Nathalie Lenoir, une athlète de l’écriture (allusion aux JO d’hiver, check!)  La scénariste  vous offre ses résolutions, contre la procrastination arrrgh! 

Votre texte laisse-t-il une impression de déjà vu?  Visitez le tableau périodique des clichés sur le site tvTropes.com. Une note: un cliché n’est pas en soi une mauvaise chose, c’est un bloc utile pour construire  une histoire. Mais le recours répété à des clichés nuit à l’imaginaire, tant celui des lecteurs que de l’auteur!

Je vous laisse sur cette image-texte pour  rester heureux-se dans l’écriture, par Chuck Wendig, romancier et coach d’écriture.

2 réponses à “Grandeurs et misères de la table de dédicace – 16

  1. Merci de commencer ma journée avec humour!😉

  2. Des aspirants écrivains pressés d’être publiés, j’en vois un ou deux par Salon du livre (ça dépend de mes heures de dédicace). Ils ne sont pas heureusement aussi caricaturaux, et beaucoup se renseignent sur le net pour ne pas commettre d’impair.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s