Grandeurs et misères de la table de dédicaces -4

C’est souvent arrivé dans un Salon que des gens bien intentionnés me disent cela… et une fois j’ai eu droit à la production complète, mais pas par ce gentil monsieur.

Le fan enthousiaste qui présente la production de son petit neveu talentueux

Malgré le thème de la BD, j’encourage au maximum les jeunes à dessiner et à réaliser leurs rêves. Mais réaliser son rêve demande des efforts… Il n’y a pas d’ascenseur…

C’est quand ces fans enthousiastes associent d’emblée mon travail à un jeu d’enfant bêtifiant que ça m’agace (surtout quand ils monopolisent de facto l’espace autour de ma table!) Essayez d’imaginer qu’un fan dise à Michel Tremblay dans un salon du livre: « Heye, tu as écrit un roman? Mon petit neveu de 8 ans en écrit aussi! »

Dans certains pays, être auteur de BD est un métier respecté (quel que soit votre revenu). Ici… Vous êtes un éternel dilettante!

8 réponses à “Grandeurs et misères de la table de dédicaces -4

  1. Ben c’est la même affaire pour l’écrivain. On entend assez souvent : « Ah, t’écris? Ma fille aussi! »

  2. Et avec le « jeunisme » ambiant qui voit les médias se pâmer devant des écolières auteures, ça risque d’arriver encore plus souvent…

  3. C’est vrai que ça peut être casse-pied, hein, ces gens qui vous flanquent leur portfolio non-sollicité dans la face… :O)

  4. C’est certain que la BD ici est encore associé à la jeunesse… Une très grave erreur puisque les parents ne se méfient pas de ce que leur enfant veut faire acheter (alors que certaines BD ou manga s’adressent à un public averti). C’est un peu comme cela dans les jeux vidéos aussi, quoiqu’on commence à être plus prudent, avec la BD, ça passe encore inaperçu…

  5. Ça m’arrive tout le temps. Le pire, c’est qu’ils n’ont pas l’air de réaliser que l’art c’est loin d’être magique. Certains débutants manquent vraiment d’humilité. D’un autre côté, c’est grâce à des artistes patients comme toi que j’ai commencé et que je n’ai pas encore lâché. Et oui, je plaide coupable d’avoir flanqué mon portfolio non-sollicité à la face de Daniel Sernine et je le regrette encore, vraiment désolée.

  6. @Adeline: Han? J’pensais que c’était moi qui avait commis cet impair avec mon album Pianissimo. Je l’avais apporté à Daniel comme copie de presse. Je pense que je lui avais montré des dessins de mon porte-folio, mais là, ça remonte à longtemps… Il n’empêche que la revue Lurelu publia l’unique critique au MONDE (écho caverneux ici) de Pianissimo.

  7. Pingback: Grandeurs et misères de la table de dédicace – 10 | Savante folle

  8. Pingback: Grandeurs et misères de la table de dédicace – 46 | Savante folle

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s