Toronto habillée en livres et en poésie

Promenade

Pendant le Salon du livre, j’ai logé dans une auberge jeunesse de Toronto. En descendant l’escalier pour aller déjeuner, j’ai noté ce cadre qui illustre très bien l’esprit des auberges, avec des fantômes des voyageurs du passé qui regardent ceux du présent.

Cadre du HI Toronto

Ca m’a permis de marcher un peu dans la ville-reine, et d’y trouver dans ces habitations une image de livres rangés dans une bibliothèque.

Un rang de belles (et inaccessibles) beautés

En marchant dans Toronto, on voit d’étranges choses… ici, ces travaux d’étudiants de l’université Ryerson. Ils ont construit ces chaussures en papier. Notez la force des structures tubulaires.

Des chaussures de papier parfaitement fonctionnelles, oui môssieur!

Le Eaton center qui semble faire concurrence au quartier Shibuya  de Tokyo avec ses affiches mouvantes, étourdissantes à regarder,

La Cite la Nuit (non, ce n'est pas le Eaton Center, on est passé trop vite

En revenant sur l’avenue Front, ce magasin discret… qui porte un logo si familier!

La revue Solaris se porte bien, on dirait! :^)

Des murales, plus belles les unes que les autres.

Murale magnifique sur Church en montant vers le nord

Un petit mot devant la même murale.

Citation zen, le scripteur a dessiné les mains trouées en dessous

Le salon du livre

L’événement se tenait au Salon Blaum et Appel, un grand local de la bibliothèque de Toronto, sur Yonge. Ca fait plus intime que le centre de congrès, et le Exhibition Place de l’an dernier.

J’y allais avec deux beaux projets de manuscrits en poche, dont un soumis! (Oui, je sais, il ne faut jamais bondir sur un éditeur avec un manuscrit lors d’un événement. L’exception est… sauf si ca fait un an qu’il attend après! )

Pourquoi je vais dans les salons du livre...

Ma table était bien placée, près de l’entrée du Salon, mais son seul défaut : elle était un peu petite pour y faire tenir tous les livres… et c’est facile de tomber. Le dangers de la vie d’auteure… Voici une photo prise entre deux assauts par mes hordes de fans féroces! Notez le beau présentoir qui met les oeuvres en valeur.

Savante folle à sa table noire au stand Prologue

Mon Salon du livre de Toronto a été illuminé par de belles rencontres, et pas seulement à la creperie Crepes à gogo* et au restaurant Au Pain quotidien (que je recommande chaudement).

* Personnel francophone.

Lysette Brochu, accompagnée de Maurice, son fidèle chevalier servant (depuis longtemps!)

Maurice et Lysette Brochu

aussi vus: Daniel Marchildon, Marguerite Andersen, Mireille Messier…

Les Potes

Pierre Léon, un pote! (C’est Monique, sa tendre épouse qui a pris la photo)

J-C Larocque et Denis Sauve, auteurs d'une bio d'Étienne Brûlé

j’ai croisé les historiens Jean-Claude Larocque et Denis Sauvé, auteurs d’une bio d’Étienne Brûlé.

Des lecteurs enthousiastes

Même si on ne le remporte pas, le Prix de l’Alliance française de Toronto a un gros avantage, il est jugé par des jeunes  étudiants de plusieurs écoles francophones. C’est ainsi que j’ai eu la visite de jeunes qui ont découvert et aimé la série Chaaas à travers ce concours ! (Je n’ai pas mis la photo car ils sont jeunes).

Et la Plume Japonaise a été très en demande. Mes livres les plus populaires ont ensuite été les « paquets cadeaux » des Voyages du Jules-Verne (tous partis) la Quête de Chaaas 1 et 2, puis Piège pour le Jules-Verne. Cette fois, Prologue avait apporté une grosse caisse de livres.

Vendredi soir, je conjugue un souper de femmes d’affaires (AFAF-Toronto, animé par Nathalie, une sympathique membre du groupe les Chiclettes) et la soirée de la poésie. Comment? Les événements se tenaient dans deux salles voisines du Novotel!

Souper de l'AFAF-Toronto : NathalieFortin des Chiclettes et deux convives

J ‘ai assisté à des récitations de Robert Paquette, qui nous a servi des chants poétiques, Éric Charlebois, Tina Charlebois, Michele Matteau, Marc Lemyre et Lise…

Herménégilde Chiasson et Alain Doom

Herménégilde Chiasson (un visiteur de Moncton)… avec Alain Doom, qui peut nous réciter beaucoup de poésie de mémmopire.

D’ailleurs ce fut une discussion amusante avec Éric: lui préfère lire ses poèmes plutot que les réciter, pour préserver son émotion. J’aurais bien pensé le contraire mais cela dépend des gens.

Une brochette de poètes franco-ontariens

Éric Charlebois, Tina Charlebois, Michele Matteau, Melchior Mbonimpa à la soirée de poésie.

Et après…

Je pense à toutes ces personnes vibrantes, créatives, productives, extraordinaires… dont beaucoup vivent d’un travail lié à la culture. Notre Roi, euh, Premier Ministre Harper, voudrait bien les voir transformés en mendiants (pur mieux leur botter le derrière). Car, pour tous les écrivain-e-s, les revenus proviennent d’organismes culturels, de contrats avec les ministères, de visites dans les écoles et les bibliothèques…

Or, en « coupant dans le gras! » comme le dit Ford (pas le Modèle T, le nouveau maire de Toronto), en réduisant les budgets des écoles et des organismes cultures, on coupe ce qui permet aux artistes de se produire, de partager leurs idées.

Dans mon humble cas, 90 % de mes revenus proviennent de contrats avec des organismes subventionnés, ou sont de nature publique:  les visites dans les écoles, parfois parrainées par l’AAOF, les contrats de textes-illustrations avec des organismes culturels, le Droit de prêt public (dans la mire des pseudo-conservateurs), le droit de reproduction (menacé par la loi C-32)… La partie « privée » sont mes droits d’auteure qui dépendent de la popularité (lire: vente) des livres. En l’absence de campagne de publicité aggressive, et malgré mes prix et distinction littéraires, ces droits restent modestes.

Aux Salons du livre, les auteurs s’épaulent, s’encouragent et goûtent le précieux nectar des compliments de leurs lecteurs!

Publicités

3 réponses à “Toronto habillée en livres et en poésie

  1. Entièrement d’accord, les redevances envers les auteurs ne sont pas très importantes, alors il ne faudrait pas les couper encore plus…

  2. Laurain & Lorrain

    Hello savante folle!
    Tu avais un super beau stand et j’aime beaucoup les photos et illustrations de ton blogue. La fraternité des auteurs de SciFi, écrivains et dessinateurs, me subjugue énormément. En espérant que le joueur de harpe reconnaisse les talents canadiens en arts plutôt que d’avoir l’oeil rivé sur le déficit 0.
    Bonne année 2011 avec mes eoux de succès !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s