Poème

“14”

14 petites chambres

Ce soir sont restées vides

Quatorze livres sont demeurés ouverts

Leurs pages encore blanches arrachées par le vent d’hiver
_

Quatorze filles

Jeunes, vaillantes, capables

Sont tombées au nom d’une guerre

Qu’aucune femme ne souhaitait


Quatorze êtres humaines,

Fauchées quelques minutes

Après que j’aie poussé la porte glacée

Sinon ma chambre elle aussi serait restée vide

_
Quatorze rêves

Ne se réaliseront pas ici

Lettres d’amour inachevées

Permettez-moi, amies inconnues, d’y répondre.

Écrit le 7 décembre 1989 au matin

3 réponses à “Poème

  1. Et vingt ans après, il faut encore s’excuser d’être féministe, de prôner l’égalité sociale entre les hommes et les femmes…

  2. Pingback: Partager sa lumière | Savante folle

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s